Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 17:14

Source : Le Courrier de Russie 21/02/14

 

 

Depuis le début de ces Jeux, la Biélorussie crée la surprise et réalise de belles performances. Alors qu’à Vancouver, en 2010, les Biélorusses n’avaient remporté que trois médailles dont une en or, aux JO de Sotchi, l’équipe est actuellement huitième au classement des médailles, avec cinq d’or et une de bronze. Portraits de deux athlètes biélorusses hors du commun qui ont marqué ces JO, et qui se sentent à Sotchi « comme à la maison ».

Sotchi

La biathlète Darya Domracheva à elle seule, a remporté trois médailles d’or aux JO de Sotchi. Source : RIA Novosti

Darya Domracheva

C’est à la biathlète Darya Domracheva qu’on doit principalement l’exploit biélorusse : la jeune femme a, à elle seule, remporté trois médailles d’or aux JO de Sotchi.

Début de carrière sportive en Russie

Née à Minsk en 1986, Darya Domracheva a grandi en Russie, dans le district autonome de Khanty-Mansiïsk. En 2009, elle est diplômée en économie et gestion du tourisme de l’Université d’État d’économie de Biélorussie et, la même année, elle commence des études de droit commercial.

En 1992, à six ans, Darya commence le ski de fond et, en 1999, le biathlon. En 2003, elle remporte sa première médaille lors de compétitions internationales avec l’équipe junior de Russie (médaille d’argent au relais mixte des Journées olympiques européennes).

La Biélorussie, un choix personnel

En 2004, Darya Domracheva s’installe à Minsk et obtient, après six mois d’attente, le droit de concourir pour la Biélorussie et plus pour la Russie, le lieu de naissance étant déterminant. Depuis 2006, la biathlète s’entraîne avec l’entraîneur national biélorusse, Andrian Tsybulski.

Une ascension fulgurante

Darya Domracheva a été deux fois médaillée d’argent, aux championnats du monde de 2008 et 2011, et a obtenu le bronze aux Jeux de Vancouver en 2010. Un palmarès plutôt modeste pour celle qui vient de décrocher pas moins de trois médailles d’or aux JO de Sotchi : « J’ai dû me surpasser après chaque tentative échouée. Mais chaque défaite ne m’a rendue que plus forte, et je suis arrivée à Sotchi totalement prête à tout affronter, prête à vaincre », déclarait Darya à la revue russe Argumenty i Fakti le 19 février.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, qui suit les compétitions sur place à Sotchi, a décoré Darya, le 17 février, du titre de « Héros de la Biélorussie », qui n’a été accordé qu’à 10 personnalités dans tout le pays. Il a par ailleurs nommé Darya porteuse officielle du drapeau biélorusse pour la cérémonie de clôture des JO, le 23 février.

Une fille simple

« Je resterai la Dacha que j’étais avant les médailles », a déclaré la sportive après sa troisième récompense. Darya se dit « immunisée » contre le risque de voir la gloire lui monter à la tête : « C’est merveilleux de se retrouver ici. Je rêve de devenir championne olympique depuis l’enfance. Et maintenant, j’ai trois médailles d’or ! Les rêves deviennent réalité… Je voudrais remercier tous les supporters pour leur soutien chaleureux. Les Russes et les Biélorusses sont comme des frères et sœurs. Je considère la Russie comme un pays natal », a-t-elle confié à Sport-express.ru.

959847601

Alla Tsuper a remporté la médaille d’or en ski acrobatique.  Photo : Ria Novosti

Alla Tsuper

Darya Domracheva n’est cependant pas la seule à s’être distinguée à Sotchi : la skieuse Alla Tsuper, dont les chances de victoire étaient plus que maigres, a remporté la médaille d’or en ski acrobatique.

Espoir ukrainien

Alla Tsuper est née en 1979 à Rivne, en Ukraine, et c’est comme Ukrainienne qu’elle participe à ses premiers Jeux, en 1998. Elle y établit un record, invaincu jusqu’aujourd’hui, mais ne se place que cinquième. Par la suite, elle a participé à trois JO sous les couleurs biélorusses, sans toutefois parvenir à battre son propre record : elle avait terminé 9ème en 2002, puis 10ème en 2006.

Et athlète biélorusse

Rester en Ukraine aurait signifié pour Alla, tirer une croix sur sa carrière sportive. Peu sollicitée pour participer à des tournois entre les grandes compétitions internationales, elle n’avait « pas l’occasion de donner le meilleur d’elle-même ». En Biélorussie, à l’inverse, le freestyle est considéré comme un sport très progressif. « La Biélorusse m’a appris à vaincre, l’État accorde beaucoup d’attention à cette discipline, expliquait-elle aux médias biélorusses en 2002. Je m’y sens chez moi maintenant, même si c’était un peu difficile au début : c’était un pays inconnu, de nouveaux gens. »

Un sport traumatisant…

Comme pour tous les freestylers, les blessures ne sont pas évidentes à gérer : « C’est toujours lors de compétitions importantes que je me blesse. Mais je pense que les blessures sont surtout psychologiques. » À plusieurs reprises, Tsuper a été mal soignée par la médecine biélorusse, jusqu’à ce qu’elle fasse appel à un médecin américain de renom. Avant les JO de Vancouver, Alla s’était déboîté l’omoplate, et avait donc participé aux Jeux sous anti-douleurs.

…et stressant

Avant le ski acrobatique, comme beaucoup de freestylers, Alla Tsuper faisait de la gymnastique. C’est le parcours habituel. Elle a commencé les sauts acrobatiques à l’âge de 13 ans : « On connaît bien ce sentiment de stress en ski acrobatique. Je me rappelle comme mes genoux tremblaient avant mon premier saut. Et je me rappelle que l’entraîneur me disait, une fois relevée : Allez, Alla, encore. Retournes-y, ce n’est pas si terrible ».

Fin de carrière

Alla a déjà 34 ans. Pour les athlètes, et particulièrement en ski acrobatique, c’est un âge relativement avancé. Il y a deux ans, la jeune femme a eu un enfant et est restée un an et demi sans s’entraîner, ce qui avait fortement remis en doute sa participation éventuelle aux JO de Sotchi. En février de l’année dernière, sous le coup de l’émotion, elle avait même déclaré que « cette saison était la dernière ». Toutefois, dès septembre, les choses avaient changé. Sans représentant pour la remplacer, la fédération biélorusse décida de l’envoyer à Sotchi. Un choix qui s’est avéré judicieux, alors que bookmakers, comme Biélorusses, ne croyaient que peu en ses chances de victoire.

Et c’est sans rancune aucune qu’elle a remercié le public russe pour leur soutien. « Les spectateurs m’ont vraiment aidée. Les Russes m’ont soutenue, je suis vraiment heureuse », a-t-elle déclaré à Sport-express.ru, juste après avoir raflé sa médaille.

Partager cet article

Repost 0
Published by bielorussie - dans Sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact