Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2016 1 27 /06 /juin /2016 22:30
Comment le Kremlin est en train d’annexer inexorablement la Biélorussie

Source : Le Temps 01/06/16

 

Dans les médias, l’économie, l’énergie et la sphère militaire, Moscou avance ses pions avec assurance. Malgré ses protestations véhémentes, l’autoritaire président Loukachenko a déjà échoué à protéger la souveraineté de son pays

 

Pour son premier voyage en Europe depuis la levée des sanctions imposées contre son régime jugé répressif, le président biélorusse Alexandre Loukachenko s’est rendu samedi dernier à Rome auprès du pape François. Histoire de distraire un pays dont toutes les routes semblent mener à Moscou.

Mais dans les rues de la très propre et ordonnée capitale Minsk, les gens ne sont pas dupes. Beaucoup préfèrent désormais le président russe Vladimir Poutine à leur indéboulonnable leader, au pouvoir depuis vingt-deux ans. «Loukachenko n’a pas d’influence. Il n’est même pas capable de redresser l’économie», maugrée Vadim, ingénieur au chômage, réduit à être chauffeur de taxi. «Poutine, c’est autre chose. Il est le seul capable de résister à l’hégémonie des Etats-Unis.» Olga, une jeune employée des télécoms, dit également préférer le chef du Kremlin. «Le népotisme de notre président bloque le développement du pays. Je pense que nous vivrions mieux si nous ne faisions qu’un avec la Russie.»

Les Biélorusses regardent le chaînes russes

La progression du sentiment prorusse est facilitée par «la nullité de la télévision biélorusse. Du coup, les Biélorusses regardent les chaînes russes», peste un professionnel des médias, qui tient à rester anonyme. «Leur propagande est une énorme menace pour notre sécurité nationale et même pour l’identité biélorusse. Poutine empêche Loukachenko de bloquer les chaînes russes en le menaçant de sanctions. C’est pourquoi de nombreux Biélorusses se sentent mentalement russes et admirent son dirigeant.»

Le mécontentement envers Alexandre Loukachenko grandit aussi à cause de la chute des revenus de la population. Le modèle dirigiste biélorusse, où l’Etat contrôle directement 70% du PIB, traverse une grave crise. Le PIB biélorusse a chuté de 3,9% en 2015 et tous les indicateurs sont dans le rouge depuis janvier. «Loukachenko ne comprend pas comment fonctionne l’économie actuelle, se lamente Leonid Zlotnikov, économiste. Plus l’économie s’affaiblit, plus nous sommes à la merci de l’aide russe.»

Cette dernière a récemment pris la forme d’une centrale nucléaire, la première pour un pays sinistré par la catastrophe de Tchernobyl. Moscou a entièrement financé les 10 milliards de dollars investis dans la construction d’Astravets, qui entrera en service en 2018. La logique économique de cette aide suscite néanmoins des doutes. Astravets se situe à la frontière avec la Lituanie, à 50 km de Vilnius, et à l’opposé de la région où est concentrée l’industrie biélorusse, en fort déclin. Mécontents de ce qu’ils considèrent comme un déficit d’information sur les paramètres de sécurité de la future centrale, les pays Baltes et la Pologne ont déjà laissé entendre qu’ils n’achèteront pas son électricité.

Conserver une influence énergétique en Europe

«Moscou a imposé cette centrale à Loukachenko, qui n’en voulait pas, car nous avons déjà un surplus de capacité de production électrique», note Irina Krylovitch, économiste et rédactrice en chef du site belrynok.by. «La Russie contrôle déjà totalement notre secteur gazier. Avec Astravets, Moscou contrôlera le marché de l’électricité et pourra régler à sa guise la balance entre gaz et nucléaire. Son objectif numéro un est de conserver une influence énergétique en Europe de l’Est.»

Face à une domination aussi évidente, Alexandre Loukachenko tente de se rattraper sur les apparences. Il joue au patron de kolkhoze, rabrouant vertement ses ministres en public, envoyant des piques aux dirigeants russes. «La Biélorussie n’est pas le garçon de courses de la Russie», a-t-il encore vociféré le 22 avril dernier lors de son allocution annuelle devant le parlement. N’empêche qu’il prend grand soin à ce que n’émerge pas de force politique davantage pro-russe que lui. «Le président comprend qu’en cas de tension imprévue, de telles forces pourraient être plus utiles que lui au Kremlin», analyse le politologue Artiom Schreibman.

Les diplomates basés à Minsk observent les développements avec inquiétude. «L’UE mène une politique particulièrement prudente pour ne pas répéter ici ce qui s’est passé en Ukraine, explique une source diplomatique. L’UE est prête à aider, mais demande en échange le respect des droits de l’homme. Or Minsk n’est intéressé que par le versant économique, poursuit la source. Moscou vient d’octroyer [le 25 mars] un prêt de 2 milliards de dollars, mais on ignore quelles sont les contreparties. Peut-être une base militaire russe?»

Moscou ne compte pas s’arrêter là

La Russie a déjà truffé son petit voisin occidental de ses systèmes antiaériens et ne compte pas en rester là. «Moscou veut une base chez nous pour y déployer des bombardiers dont la tâche sera de détruire le bouclier antimissile que Washington installe en Roumanie et en Pologne», explique l’expert militaire Alexandre Alesin. Selon lui, le président biélorusse y est hostile, car il craint de voir son petit pays entraîné dans un conflit avec l’Occident, «mais il sera bientôt contraint de céder aux pressions russes». L’annexion de la Crimée, où se trouve la base navale russe de Sébastopol, a déjà montré que le Kremlin passe à l’offensive lorsqu’il perçoit le risque de basculement d’une zone militairement stratégique.

 

L’idée qu’Alexandre Loukachenko n’a plus de marge de manœuvre face à Moscou est largement partagée. Certains vont plus loin. «A terme, la Biélorussie sera avalée, prédit Irina Krylovitch. Les Russes avancent doucement mais sûrement, répétant le travail de sape observé en Ukraine. Cela prendra peut-être cinq ou dix ans et ce sera lié au cycle électoral russe. Loukachenko sera le premier et le dernier président biélorusse.»

Partager cet article

Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact