Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 07:07
Source : l'Equipe.fr / Carole BOUCHARD

Serena Williams a sauté de joie comme une gamine une fois la balle de match jouée. Et il y avait de quoi car elle est de retour, et avec quel panache, en finale de Wimbledon. Sa septième. Victorieuse de Victoria Azarenka (6-3, 7-6[6]), elle retrouvera la finale londonienne pour la première fois depuis sa victoire sur Zvonareva en 2010. Samedi, elle sera ultra favorite face à la Polonaise Agnieszka Radwanska. L'incroyable résistance d'Azarenka dans le deuxième set où elle a refait son break de retard avant de lâcher tous ses coups à fond n'a pas suffi. Un revers dans le filet à 6-6 dans le jeu décisif a donné l'occasion à Williams de claquer un 24e ace, sur le T.

La plus forte a gagné. Impressionnante, la cadette des soeurs Williams a gardé le même niveau de jeu que celui produit face à Petra Kvitova en quarts. Elle a servi comme à la parade, bougé comme dans son jeune temps et surtout balancé des missiles dans tous les coins du court et dans toutes les positions. Face à cette Serena-là, la plupart des joueuses se seraient résignées tant la tâche ressemblait à Mission Impossible. Mais Azarenka a la trempe des championnes. Alors elle a serré le poing un peu plus fort, lancé des ''come on'' sur chaque point gagné et pris tous les risques.

La reine du money time

En vain, tant dans le money time il n' y a pas cliente plus monstrueuse que Serena Williams. Bousculée mais pas dans le doute, elle a souvent fermé les yeux et respiré à fond pour garder les émotions sous contrôle et laisser parler son jeu. C'est comme ça qu'elle a imposé sa main de fer sur le circuit pendant des années. C'est comme ça qu'elle prend des airs d'invincible. Sautant de joie sur le court, quasi à genoux les poings serrés vers son clan dont son conseiller français Patrick Mouratoglou, l'ex n°1 mondiale a encore imposé un énorme respect. Et elle n'est plus qu'à une victoire d'effacer le souvenir douloureux de la finale perdue à l'US Open l'été dernier. La Polonaise Agnieszka Radwanska est certes à un succès de la place de n°1 mondiale mais elle se trouve face à la pire opposition possible pour son jeu. Comment exister quand son point faible est le manque de puissance face à une joueuse qui est la puissance incarnée ? Tout dépendra de Serena Williams. Comme toujours.

Carole BOUCHARD

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by bielorussie - dans Sport
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact