Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 octobre 2012 5 19 /10 /octobre /2012 14:13

Source : La voix de la Russie & Romandie 18/10/12

 

 

L'Union européenne a reconduit lundi pour un an ses sanctions contre le Bélarus, disant rester vivement préoccupée par le non-respect des droits de l'Homme, de la démocratie et de l'Etat de droit dans ce pays dirigé d'une main de fer par Alexandre Loukachenko.
Etant donné que les prisonniers politiques n'ont pas tous été libérés et qu'aucun prisonnier libéré n'a été réhabilité, et eu égard à l'absence d'amélioration de la situation de la démocratie dans le pays, les ministres européens des Affaires étrangères ont décidé de prolonger d'un an les gels d'avoirs et les interdictions de visa en vigueur contre 243 membres du régime lors d'une réunion à Luxembourg.


Les gels d'avoirs de 32 sociétés commerciales sont également prolongés pour douze mois supplémentaires.
Ils sont accusés de violations graves des droits de l'Homme ou de la répression exercée à l'égard de la société civile et de l'opposition démocratique, ou de profiter du régime de M. Loukachenko ou de le soutenir.


Un embargo sur les armes et le matériel répressif est en outre en vigueur depuis juin 2011.
Le ministère bélarusse des Affaires étrangères a dénoncé cette décision de l'Union européenne, en estimant qu'une telle politique de l'UE n'est pas compatible avec les relations d'un bon voisinage.
La partie bélarusse ne cèdera pas aux pressions, a déclaré le porte-parole de la diplomatie bélarusse, Andreï Savinykh.
Minsk appelle l'Union européenne à renoncer à la pratique de sanctions et à faire à son tour des efforts visant à rétablir l'atmosphère de confiance mutuelle, a-t-il indiqué, en ajoutant que le Bélarus était intéressé à un dialogue constructif et respectueux avec l'UE.
L'Union européenne avait regretté que les élections organisées fin septembre aient été une occasion manquée de conduire des élections respectueuses des normes internationales.

 


Réactions à Minsk

 

En riposte au prolongement des sanctions de l'UE contre la Biélorussie jusqu’au 31 octobre 2013, le président Alexandre Loukachenko a déclaré que désormais son pays laisserait passer en Europe les dizaines de milliers de migrants arrêtés auparavant aux postes frontières de la Biélorussie avec leurs bagages dont l'intégrité n'est pas toujours évidente.

 

« Nous n'avons pas d'argent, et si les Européens ne nous payent pas, nous cesseront d'assurer la protection des frontières. Ils comprendront alors ce qu’est la Biélorussie », a déclaré jeudi Loukachenko.

 

Les informations selon lesquelles Loukachenko pourrait utiliser les migrants clandestins pour exercer un chantage contre l’Europe ont été immédiatement relayées par les médias occidentaux. Le quotidien italien La Stampa est même allé jusqu’à affirmer que le dirigeant biélorusse était prêt à employer une nouvelle arme contre l’Europe

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2012 4 18 /10 /octobre /2012 17:32

Source : Ria Novosti 16/10/12

 

La Biélorussie a pâti de l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) et de la mise en place de l’Union douanière avec la Russie et le Kazakhstan, a déclaré mardi le président biélorusse Alexandre Loukachenko lors d'une conférence de presse à Minsk.

187443926.jpg     

 "Nous n'avons pas empêché la Russie d'adhérer à l'OMC et avons tout fait pour lui faciliter la tâche", a indiqué M. Loukachenko, soulignant qu'à l'étape finale de son adhésion, "la Russie avait multiplié par trois le prix de ses hydrocarbures" pour la Biélorussie.

"Notre système financier a craqué", a constaté le chef de l'Etat biélorusse. 194756598.jpg 

"Nous avons également payé très cher la création de l'Union douanière [Russie, Biélorussie, Kazakhstan] et la mise en place d'un espace économique unique entre ces trois pays", a affirmé le chef de l'Etat biélorusse sans fournir plus de détails.

Selon M. Loukachenko, l'Organisation mondiale du commerce n'est pas une structure tant économique que politique.

"Dès que le Kirghizstan eut annulé les taxes à l'importation, il a aussitôt été admis au sein de l'OMC. L'Ukraine a également été admise après avoir cessé de défendre sa souveraineté économique", a indiqué le président biélorusse.

D'après lui, les obstacles qui ont longtemps empêché la Russie d'adhérer à l'OMC ont mis ce pays dans une situation difficile.

"Et alors, j'ai proposé de créer notre propre OMC dans l'espace postsoviétique", a conclu le président biélorusse.

La Russie a adhéré à l'OMC en août dernier après 18 ans de négociations.

 

L'Espace économique unique réunissant la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan a officiellement vu le jour le 1er janvier 2012. La nouvelle entité doit assurer, à l'avenir, la libre circulation de marchandises, de services et de capitaux entre les pays membres.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 17:28

Source : Ria Novosti 17/10/12

 

La Biélorussie compte sur l'assistance de la Russie pour rééquiper son armée, a déclaré mardi à Minsk devant les journalistes le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

"Il est évident que nous manquons d'argent pour entretenir et moderniser le matériel. Et nous attendons beaucoup de la Russie", a reconnu M.Loukachenko.

Et de souligner que la Russie avait intérêt à ce qu'une armée biélorusse moderne et combative soit déployée sur sa frontière occidentale.

"Nous ne serons pas en mesure de nous défendre seuls, mais une telle armée sera aussi très utile à la Russie. L'Otan considère l'armée biélorusse comme la plus puissante et la mieux formée de l'espace postsoviétique", a poursuivi le président.

La Russie et la Biélorussie mènent une coopération militaire dans le cadre de l'Union Russie-Biélorussie, ainsi qu'au sein de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), qualifiée par certains analystes d'"Otan russe".

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 22:30
Source : l'Equipe 16/10/2012
 
Battue à trois reprises en trois journées, notamment par la France (1-3) en septembre puis par l'Espagne vendredi dernier (0-4), la Biélorussie a remporté ce mardi son premier succès lors des qualifications à la Coupe du monde 2014. La sélection de Georgy Kondratiev s'est imposée face à la Georgie (2-0), alors qu'elle avait débuté les éliminatoires il y a un mois par une défaite contre cette même équipe (0-1).
 
 
Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 17:44

bel12-1.jpgSource : Mairie de Paris 16/10/12

 

Sur proposition du maire de Paris, et suite à l’initiative du Conseil d’arrondissement de la Mairie du 11e, le Conseil de Paris a élevé à la dignité de Citoyen d’Honneur de la Ville de Paris, Ales Bialiatski, éminent défenseur biélorusse des droits humains condamné par la justice de son pays en 2011 à quatre ans et demi de prison ferme en régime sévère, au terme d’un procès inique.

Vice-président de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme (FIDH) et Président du Centre de défense des Droits de l’Homme « Viasna » en Biélorussie, Ales Bialiatski s’est battu pour la défense des Droits de l’Homme sans relâche, malgré les menaces et une campagne de désinformation de l’Etat. En mai 2012, Pierre Schapira, adjoint chargé des relations internationales, des affaires européennes et de la francophonie, Patrick Bloche, Maire du 11e, et Souhayr Belhassen, Présidente de la FIDH, ont dévoilé le portrait d’Ales Bialatski, Place Léon Blum sur le parvis de la mairie du 11e arrondissement.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 17:41

Source : Radio Chine Internationale 16/10/12

 

 

gazLa Biélorusse est prête à vendre ses raffineries de pétrole à la Russie si la Biélorussie se voit proposer l'accès à l'extraction de gaz naturel et de pétrole russe, a déclaré mardi le président biélorusse Alexander Loukachenko.

M. Loukachenko a déclaré lors d'une conférence de presse accordée aux médias russes qu'un accord pouvait être atteint mais que la Biélorussie aimerait, en tant qu'étranger, aider à développer les champs de gaz en Russie et par conséquent recevoir le pétrole et le gaz à un prix moindre.

"Nous vendrons nos raffineries de pétrole, mais vous devriez nous donner l'opportunité d'extraire le gaz naturel et le pétrole en Russie en tant qu'étranger", a-t-il indiqué.

Les entreprises russes ont montré de l'intérêt pour l'achat de deux raffineries de pétrole biélorusses: la raffinerie de pétrole de Naftan à Novopolotsk, et l'usine de transformation de pétrole de Mozyr, qui a raffiné 22 millions de tonnes de pétrole l'année dernière.

Partager cet article
Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 14:05

Source : Voix de la Russie 16/10/2012

 

Lukashenko_BelarusNotForSale_650-copie-1.jpgLe président de Biélorussie Alexandre Loukachenko affirme que des hommes d'affaires russes lui ont proposé un pot-de-vin de 5 milliards de dollars en échange de la vente de la société Belaruskali (Potassium de Biélorussie) en-dessous de son prix réel.

« On m'a proposé de vendre Belaruskali pour 15 milliards : 10 milliards au trésor et 5 milliards sur le compte que j'indiquerai », a dit Loukachenko lors d'une conférence de presse. Selon lui, une telle proposition des oligarques de Moscou lui a été faite par un ami russe.

En 2011, Loukachenko avait évalué le prix de Belaruskali à 30 milliards de dollars.

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2012 7 14 /10 /octobre /2012 19:31

Source : Courrier International 10/10/12

 

 

Stepan Zakhartchenka a déserté de l'armée biélorusse il y a un an et trouvé refuge en Lituanie. Il avait subi des mauvais traitements et refusé de tirer sur ses compatriotes. Aujourd'hui, la République balte, membre de l'UE, s'apprête à l'extrader vers Minsk, alors qu'il risque la peine de mort.

 

10-10-Bielo-Lituanie.jpg

 

La Lituanie proclame sans relâche son attachement à la démocratie, mais ses déclarations ne sont d'aucune utilité quand des opposants au régime du président de la Biélorussie, Alexandre Loukachenko, considéré comme le dernier dictateur d'Europe, demandent de l'aide à notre pays.

La Lituanie s'est malheureusement déjà illustrée en la matière, l'année dernière, lorsqu'elle a remis à la Biélorussie des informations concernant les comptes dans les banques lituaniennes du défenseur biélorusse des droits de l'homme Ales Bialiatski. Sur la base de ces données, la justice biélorusse l'a accusé de fraude ficale et envoyé quatre ans et demi derrière les barreaux après lui avoir confisqué ses biens. L'argent sur ces comptes devait servir à financer les activités de l'opposition.

 

Une balle dans la tête : c'est ce qui attend Stepan Zakhartchenka

Aujourd'hui, la Lituanie met une nouvelle fois sa réputation en jeu. Une balle dans la tête : c'est ce qui attend Stepan Zakhartchenka, un sergent de l'armée biélorusse qui, craignant pour sa vie, a fui l'année dernière en Lituanie. Le jeune homme avait refusé de signer un engagement à tirer sur ses compatriotes si des troubles massifs se produisaient en Biélorussie et que l'armée se révélât incapable de faire face aux émeutes.

Son entêtement a valu à Stepan Zakhartchenka d'être roué de coups, d'où sa décision de déserter. La Lituanie ne lui a pourtant pas accordé l'asile politique. Les fonctionnaires biélorusses l'attendent de pied ferme, prêts à l'accuser de désertion, de passage illégal de la frontière, de collaboration avec des services étrangers et de haute trahison.

“Si la justice biélorusse me juge, il s'agira d'une parodie de procès ou d'un huis clos, dénonce le jeune homme. Pas d'un procès. Ils me tueront, tout simplement, en déclarant qu'il s'agit d'un suicide ou d'autre chose. Cela se produit continuellement chez nous. Qui suis-je, moi ? Un général a été assassiné, et les journalistes disparaissent d'un jour à l'autre.”

Doté d'un physique fluet, Zakhartchenka ne ressemble en rien à un militaire servant dans les renseignements. Mais la facilité avec laquelle il a traversé les frontières témoigne de son habileté. Ni les gardes-frontières biélorusses, ni les lituaniens ne l'ont intercepté. Arrivé jusqu'à Vilnius, le jeune homme s'est rendu de lui-même à la police.

Pour servir dans l'armée, le jeune homme a interrompu ses études en Ukraine. “Quand je suis arrivé, j'ai même pensé à devenir professionnel. Je suis originaire de Gomel, à la frontière avec l'Ukraine, et je rêvais de devenir garde-frontière. Mais je n'ai pas réussi”, poursuit le réfugié

.

Violences quotidiennes dans l'armée biélorusse

Après quatre mois de service, le jeune homme a subi les premières violences. Ensuite, elles sont devenues quotidiennes. Ce n'étaient pas les autres soldats qui frappaient les plus faibles, mais les officiers, imbibés de vodka. Stepan assure qu'il aurait pu supporter les brimades, mais ce document selon lequel le soldat devait s'engager à tirer sur ses compatriotes en cas d'émeute a mis sa patience à bout. Pour avoir refusé d'y apposer sa signature, il a été une nouvelle fois frappé violemment et s'est retrouvé à l'hôpital.

“Je me suis enfui de la caserne. Je suis arrivé en taxi jusqu'à la voie rapide et ensuite une petite camionnette immatriculée en Lituanie m'a pris en stop jusqu'à la frontière. Le conducteur était étonné, mais a accepté de faire monter un déserteur jusqu'à la frontière”, se souvient Stepan, rapportant des événements qui remontent à plus d'un an.

“Les services biélorusses ont commencé à me chercher ici, en Lituanie”, explique-t-il, craignant pour sa sécurité. Pour lui, le refus de lui octroyer l'asile politique signifie que la république de Lituanie collabore ouvertement avec le régime d'Alexandre Loukachenko.

“On m'a refusé l'asile car déserter ne peut être considéré comme un argument pour l'obtenir. Pourtant, je n'ai pas fui à cause d'une rupture sentimentale ou par folie. J'ai tout simplement refusé de tirer sur mes compatriotes. Mais le département des migrations n'en a que faire”, s'énerve-t-il. Ses anciens camarades ne le soutiennent pas. Ils ont affirmé à la presse biélorusse que rien de tel ne s'est produit durant le service. Selon eux, le jeune homme est tout simplement faible et il n'a pas résisté psychologiquement.

“Mais vous savez bien comment fonctionnent les médias officiels en Biélorussie : on leur a intimé l'ordre de raconter ceci et cela”, réfute le réfugié.

Stepan Zakhartchenka espère, en rendant son histoire publique, un renversement de sa situation qui lui éviterait de retourner en Biélorussie.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 20:12
Source : Le Parisien 13/10/12
 
 
A Minsk, l’Espagne n’a pas fait de détail. Vainqueur de la Biélorussie (4-0) dans un match à sens unique, le champion du monde en titre a tenu son rang, enregistrant un deuxième succès dans ces éliminatoires du Mondial-2014 après la courte victoire en Géorgie (1-0). Au classement, les hommes de Del Bosque reviennent à hauteur des Bleus, qu’ils devancent à la différence de buts.                                 
Leur duel à Madrid, mardi, sent déjà la poudre. En Biélorussie, Pedro a été le grand artisan du succès de la Roja avec un triplé (21e, 69e, 72e). Son coéquipier au Jordi Alba avait ouvert le score (12e).

Groupe I
Hier
: Finlande - Géorgie 1-1; Biélorussie - Espagne 0-4
Classement : 1. Espagne, 6 pts (+ 5), 2. , 6 (+ 3), 3. Géorgie, 4 (0), 4. Finlande, 1 (- 1), 5. Biélorussie, 0 (- 7).
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 18:46

Source : Eurosport 12/10/12

 

Le match Belarus-Espagne comptant pour la phase de qualification au Mondial-2014 n'a finalement pas trouvé de diffuseur en Espagne, un fait rarissime dans l'histoire de la sélection espagnole.

 

121012201353163_92_000_apx_470_.jpgDans un contexte de crise économique, qui frappe également les chaînes de télévision, les exigences de la société allemande Sportfive, détentrice des droits du match, semblent avoir été trop élevées pour les diffuseurs ibériques. A dix minutes du coup d'envoi, Belarus-Espagne n'avait toujours pas trouvé preneur parmi les chaînes espagnoles, qui se disaient dans l'incapacité de payer la somme demandée pour acquérir les droits de la rencontre. Selon le journal El Pais, Sportfive, qui avait commencé par fixer les droits du match à 3 millions d'euros, avait abaissé son offre jusqu'à 800.000 euros, mais sans succès.

Consultées mardi par l'AFP, la chaîne Telecinco, qui avait retransmis le match précédent Géorgie-Espagne (0-1), et la télévision publique espagnole (TVE) avaient indiqué qu'elles ne retransmettraient pas la rencontre, faute de budgets disponibles. "Le coût (de retransmission de Belarus-Espagne) qui est actuellement demandé ne correspond pas aux critères de rentabilité de la chaîne", avait par exemple expliqué un porte-parole du groupe Mediaset, propriétaire de Telecinco.

Dans l'histoire de l'équipe d'Espagne, il existe un seul précédent de non-diffusion d'un match de la sélection: en 1983, le match Malte-Espagne n'avait pas été retransmis en direct, mais pour des raisons techniques. A l'époque, une délégation spéciale de TVE avait fait l'aller-retour pour filmer le match et le diffuser en Espagne en différé de 4 heures.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact