Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 19:13

Alexievitch:"le prestige n'aide pas toujours sous une dictature" L'écrivaine Bélarusse Svetlana Alexievitch, lauréate 2015 du prix Nobel de littérature, s'est exprimée en conférence de presse dimanche 6 décembre à l'approche de la remise officielle de son prix.

Source : LePoint.fr 07/12/15

 

 

 

 

La lauréate du prix Nobel de littérature Svetlana Alexievitch a dénoncé lundi à Stockholm le "bellicisme" de la Russie, qui équivaut, selon elle, à un retour aux travers du militarisme soviétique.

"Nous voilà revenus au temps de la force. Les Russes font la guerre aux Ukrainiens. À leurs frères", a déclaré dans son discours devant l'Académie suédoise l'auteur bélarusse, elle-même de mère ukrainienne.

"Des avions russes sont en train de bombarder la Syrie... Le temps de l'espoir a été remplacé par le temps de la peur. Le temps est revenu en arrière...", a-t-elle déploré.

Mme Alexievitch est l'auteur de deux ouvrages qui, à partir de témoignages, dénoncent l'horreur des guerres faites par l'URSS : "La Guerre n'a pas un visage de femme", son premier livre, paru en 1985, sur la Deuxième Guerre mondiale, et "Les Cercueils de zinc", paru en 1991, sur l'invasion de l'Afghanistan.

Le premier était prêt dès 1983, mais il avait fallu attendre la perestroïka de Mikhaïl Gorbatchev pour que Moscou donne son imprimatur. La lauréate a rapporté les paroles d'un censeur de l'époque : "Après votre livre, personne n'ira plus faire la guerre ! (...) Votre guerre est effroyable. Pourquoi n'y a-t-il pas de héros ?"

"Je ne cherchais pas des héros. J'écrivais l'histoire à travers les récits de témoins et de participants que personne n'avait remarqués. Auxquels personne n'avait jamais rien demandé", a-t-elle expliqué.

La guerre en Afghanistan, qu'elle est allée voir en 1989, a été un tournant pour elle : "Avant l'Afghanistan, je croyais dans le socialisme à visage humain. Je suis revenue de là-bas libérée de toutes mes illusions".

Aujourd'hui, l'opinion en Russie et au Bélarus "se divise entre slavophiles et occidentalistes, entre traîtres à la nation et patriotes", selon elle.

Svetlana Alexievitch doit recevoir le prix Nobel jeudi des mains du roi de Suède. La cérémonie ne sera pas retransmise par la télévision publique au Bélarus, pays dont le régime se méfie de cet écrivain qui a accédé à une notoriété mondiale.

 

Soirée d'exception pour les lauréats des prix Nobel. Ils ont été reçus en grande pompe à Stockholm par le roi Charles Gustave de Suède.

Repost 0
Published by bielorussie - dans Société
commenter cet article
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 20:23
En Biélorussie, le boom inattendu de la high-tech

Source : NotreTemps.com 10/12/15

 

Le Bélarus, avec son économie contrôlée d'une main de fer par l'Etat, n'a a priori pas grand chose en commun avec la Silicon Valley. Pourtant, ses programmeurs ont signé des succès mondiaux comme l'application de téléphonie Viber ou le jeu World of Tanks.

 

 

L'ex-république soviétique de 9,5 millions d'habitants est dirigée depuis plus de vingt ans par l'autoritaire président Alexandre Loukachenko. Son économie, maintenue à flot par la Russie, est plus connue pour ses tracteurs ou minerais que pour ses innovations.

Pourtant, avec sa culture scientifique héritée de l'époque soviétique et des incitations fiscales, le Bélarus a su développer un secteur technologique dynamique, qui emploie plus de 38.000 personnes au niveau de vie et à l'indépendance politique rares pour le pays. Ses exportations, avec des taux de croissances atteignant 50%, devraient atteindre 800 millions de dollars cette année.

Des programmeurs informatiques bélarusses et israéliens d'origine bélarusse ont ainsi développé l'application Viber, qui permet d'envoyer des messages ou passer des appels gratuitement entre smartphones. La société israélienne Viber Out a été rachetée récemment par le groupe japonais Rakuten.

Mais la réussite la plus frappante de ce secteur reste le jeu de guerre World of Tanks qui a séduit plus de 100 millions d'amateurs. Pour le directeur de son éditeur, Wargaming.net, Viktor Novotchadov, le dynamisme de la high-tech bélarusse a ses racines à l'époque soviétique.

Le pays abritait alors "la production la plus avancée scientifiquement et les spécialistes les mieux qualifiés", raconte cet homme énergique, interrogé par l'AFP lors d'un récent forum d'investisseurs.

L'Union soviétique était réputée pour la qualité de ses mathématiciens et physiciens. Cette tradition s'est poursuivie après son éclatement par plusieurs générations d'informaticiens de haut niveau et l'apparition de groupes internet capables de rivaliser localement avec leurs concurrents américains.

- 'Autre réalité' -

Au Bélarus, la tendance a été soutenue par la création en 2005 du Parc des Hautes Technologies, zone d'activité où les entreprises du secteur sont exemptées de taxes.

"La plupart des pays de l'ex-URSS n'ont toujours pas d'équivalent à notre Parc des Hautes Technologies" et "se retrouvent distancés", constate M. Novotchadov. "C'est incroyable, ils ont souvent plus de ressources financières que nous, mais cela ne suffit pas".

Cette zone d'activité est en réalité essentiellement virtuelle avec seulement quelques bâtiments près du centre de Minsk. La plupart des 144 sociétés "résidentes" se trouvent ailleurs dans le pays mais bénéficient de ses avantages fiscaux.

La recette semble fonctionner, au point que le Parc embauche hors des frontières du Bélarus. Selon son directeur adjoint Alexandre Martinkevitch, 10% des employés sont étrangers : Allemands, Français, Britanniques et Sud-Coréens.

Ce vivier d'entreprises privées tranche avec les grandes industries publiques représentant une grande partie de l'économie bélarusse. Et cette indépendance financière entraîne une certaine indépendance politique.

Vadim, un programmeur de 24 ans du Parc de Hautes Technologies, confie avoir participé aux manifestations de l'opposition contre la présidentielle d'octobre, remportée haut la main par Alexandre Loukachenko.

"Les programmeurs ont participé à la manifestation contre la base militaire russe, parce que nous formons une intelligentsia et que l'intelligentsia doit se préoccuper de ce qui se passe dans le pays", explique le jeune homme.

Cette manifestation a réuni un millier de personnes récemment contre le projet de base militaire voulue par Moscou, dans une rare expression de mécontentement public.

"Nous n'avons pas peur d'être renvoyés : nous trouverons toujours un autre emploi", estime Vadim, qui demande cependant que son nom de famille et celui de son employeur ne soient pas mentionnés.

Très demandés, les informaticiens bénéficient de conditions de vie confortables avec des salaires mensuels moyens qui sont passés en dix ans de 236 dollars à environ 2.000, selon le directeur adjoint du Parc des Hautes Technologies.

Salaires indexés au dollar, taux d'imposition à 9% contre 13% pour le reste de la population et avantages sociaux : leur situation semble d'autant plus enviable que leur pays traverse une crise économique à cause de la récession en Russie et a dû dévaluer sa monnaie plusieurs fois ces derniers mois.

"Etre programmeur au Bélarus, cela veut dire avoir réussi", résume l'économiste Pavel Daneïko. "Par rapport aux autres Bélarusses, ils vivent dans une autre réalité".

 

Article précédent sur le même sujet

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie Société
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 22:09

Source : Pure People 17/11/15

A 31 ans, Yulia Balykina a été retrouvée morte dans une forêt.

Après Laurent Vidal, un nouvel athlète des JO de 2012 vient de trouver la mort. Ancienne sprinteuse biélorusse, le corps sans vie de Yulia Balykina a été retrouvé hier, lundi 16 novembre, dans des circonstances suspectes. Agée de 31 ans, l'ex-athlète aurait en effet été assassinée...

Depuis le 28 octobre, elle n'avait plus donné signe de vie. Et hier, Yulia Balykina a été retrouvée dans une forêt près de Minsk (Biélorussie), le corps "entouré de film plastique, méticuleusement recouvert de mousse", selon le porte-parole du comité d'enquête, Serguei Kabakovitch, cité par L'Equipe.fr. Les soupçons se portent désormais vers son compagnon, Dimitri V.. Agé de 28 ans, ce dernier a été inculpé pour meurtre et aurait avoué les faits.

Vue aux JO de 2012 à Londres, sur l'épreuve du 100m et du relais 4x100m, Yulia Balykina avait quitté les pistes d'athlétisme en juin 2013, après un contrôle positif à la drostanolone, un stéroïde anabolisant, qui lui avait valu deux ans de suspension.

 

Yulia Balykina : Mort suspecte à 31 ans de l'ex-athlète olympique
Repost 0
Published by bielorussie - dans Sport
commenter cet article
11 décembre 2015 5 11 /12 /décembre /2015 22:04

Source : Lyon Capitale 13/11/15

 

 

Les sanctions de l’Union européenne contre ce pays gouverné depuis vingt et un ans par Alexandre Loukachenko ont été levées le 12 octobre dernier.

 

 

 

"La dernière dictature d'Europe". Un surnom peu glorieux qui colle à la peau de ce pays coincé entre l'Ukraine, la Russie et la Pologne. Reste que les sanctions de l'Union européenne ayant été levées, à la suite du bon déroulement du dernier scrutin présidentiel, la Biélorussie peut réenclencher ses relations diplomatiques avec les pays membres. Dont la France.

Un traité d’amitié entre Lyon et Minsk

C'est ainsi qu'un consulat biélorusse a été créé à Lyon au mois d'octobre, et sera inauguré le 10 décembre, selon l'AFP. Le diplomate Pavel Latushko avait préalablement rencontré les membres de la CCI de Rhône-Alpes et ses compatriotes de la diaspora biélorusse.

Le choix de la capitale des Gaules comme ville d'accueil de ce premier consulat biélorusse sur le sol français a été guidé par l'existence d'un traité d'amitié, signé en 1976, entre Lyon et Minsk, la capitale de la Biélorussie.

 

Repost 0
Published by bielorussie - dans Société
commenter cet article
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 22:13

Source : Communiqué de Presse

 

 

La compagnie le Théâtre national de Syldavie jouera prochainement un spectacle d'un auteur biélorusse : Pavel Priajko.
Le spectacle s'intitule La Récolte, il se jouera du 2 au 12 décembre à 20h30 à la Maison d'Europe et d'Orient à Paris.

 

 

 

L’endroit 

 

 

Que sait-on des écritures dramatiques contemporaines de Biélorussie ou des questionnements qui traversent les œuvres des jeunes auteurs biélorussianophones et russophones de ce pays ? (...) Ces auteurs nous parlent de la société biélorussienne post- soviétique qu’ils voudraient voir entrer en scène, et c’en est fini des jeunes filles courant au ralenti dans les champs de blé vers l’avenir radieux, coiffées d’une couronne de fleurs dans leurs habits blancs brodés de rouge. Point de paysans assujettis ne rêvant jamais d’émancipation sociale ou de héros positifs se sacrifiant pour la collectivité au son de L’Internationale. Finies aussi la langue policée ou les images d’Epinal sur les vertus des sociétés «propres» et bien ordonnées. Désormais, le sexe existe, l’absurdité des rapports sociaux suscite un rire salvateur, le harcèlement moral est enfin dénoncé, les violences physiques sont transcendées en ballets classiques, la jeunesse urbanisée entretient un rapport délirant avec la cueillette des pommes, les personnages en costumes expriment leur malaise devant les plats de champignons qu’on leur sert, et c’est à se demander si les moissons ne vont pas finir par se pratiquer en hiver. Dans l’attente, le jeune théâtre biélorussien post-soviétique semble s’être enfin emparé du réel, montrant que ses auteurs ne se posent pas tant des problèmes d’identité que d’humanité. 

 

 

L’auteur

Pavel Priajko est né en 1975 à Minsk, en Biélorussie. Il suit des cours de dramaturgie à l’université de la Culture de Minsk avant d’être remarqué en 2004 au 2e concours international de dramaturgie « Eurasia » à Ekaterinbourg, en Russie, pour sa pièce Le Serpentin, qui reçoit le prix spécial du jury, et de devenir lauréat du concours de dramaturgie en ligne « Panorama ».

Le Pantalon de velours est primé en 2005 lors du premier concours de la dramaturgie contemporaine du Théâtre Libre de Minsk, que la Maison d’Europe et d’Orient sera la première à accueillir en France en 2006, avant leur tournée à la Comédie de Saint- Etienne et au festival Passages à Nancy. Nous. Bellywood, montage de différents textes notamment de Pavel Priajko et de Pavel Rassolko, est mis en scène en 2006 par Vladimir Chtcherban, et tourne au Théâtre-Studio d’Alfortville, avant que le Théâtre Libre ne reçoive le prix des droits de l’Homme de la République Française en 2007.

En 2006 Pavel Priajko intègre le laboratoire du Teatr.Doc de Moscou, où plusieurs de ses textes seront créés, puis participe à la Biennale de Wiesbaden « Neue Stücke aus Europa » (Nouvelles Pièces d’Europe). Ses textes commencent à être publiés, notamment dans la revue Stanislavski, et traduits en allemand, en anglais, en finnois et en polonais. Nous. Bellywood, est traduit en français par Maria Chichtchenkova et Virginie Symaniec, à l’initiative d’Eurodram et avec le soutien de la Maison Antoine-Vitez, et publié aux éditions l’Espace d’un instant dans le recueil du Théâtre Libre de Minsk en 2007, avec une préface de Jean-Pierre Thibaudat.

Les Culottes est ensuite mis en scène par Ivan Vyrypaev en 2007, en partenariat avec le Centre de dramaturgie et de mise en scène de Moscou, puis programmé au festival «Novaïa Drama» (Nouveau drame). En 2009, La Vie nous a réussi est mis en scène par Mikhaïl Ougarov et reçoit, en 2010, le prix spécial du jury du festival Masque d’Or.

Le Champ, texte dédié à la physique contemporaine, est traduit en français par Tania Moguilevskaïa et Gilles Morel et fait l’objet d’une lecture publique dirigée par Gilles Morel à la Comédie de Valence en 2010. Une porte fermée, mis en scène au Théâtre Mig de Saint Pétersbourg, a été primé meilleur spectacle et meilleure mise en scène du second laboratoire des jeunes metteurs en scène (On.Teatr).

La Récolte, texte écrit à Minsk en 2007, est traduit par Larissa Guillemet et Virginie Symaniec à l’initiative d’Eurodram et avec le soutien du Centre national du Livre, et publié aux éditions l’Espace d’un instant en 2011, dans le recueil Une moisson en hiver, panorama des écritures théâtrales contemporaines de Biélorussie. Le texte fait l’objet d’une première lecture publique en 2011 au Théâtre du Rond-Point à Paris, par le Théâtre national de Syldavie, sous la direction de Dominique Dolmieu, dans le cadre des Mardis midi des EAT et de «l’Europe des Théâtres», puis d’un chantier présenté à la Maison d’Europe et d’Orient en novembre 2013. 

 

 

 

Le texte

 

Quatre jeunes gens de la ville se retrouvent en plein hiver dans une pommeraie pour cueillir de la Reinette dorée. Ils semblent, au premier abord, amoureux de la nature

et très respectueux de cette variété très fragile de pommes qu’ils paraissent choyer et chérir par-dessus tout. Leur idiotie et leur incapacité à se servir de leurs mains ne va pas moins bientôt transformer tout ce qui, au départ, devait simplement relever de la simple sortie champêtre entre amis en un véritable champ de ruine, au sein duquel vont progressivement se révéler la violence sourde qui sous-tend leurs rapports ainsi que le sentiment de marasme autour duquel s’organise réellement leur vie quotidienne. En dépit de tous leurs efforts pour bien faire, Ira, Liouba, Egor et Valeri font tout de plus en plus mal et ne savent concrètement que détruire. C’est finalement une pommeraie dévastée que les quatre protagonistes de cette histoire sans histoire laisseront derrière eux, sans être parvenus à préserver ne serait-ce qu’une toute petite pomme. Une post-Cerisaie qui signe la fin d’un monde... 

 

Sortie : Théâtre biélorusse à Paris
Sortie : Théâtre biélorusse à Paris
Sortie : Théâtre biélorusse à Paris
Repost 0
Published by bielorussie
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 14:01

Source : Xinhua 31/10/15

 

Le président Alexandre Loukachenko a indiqué vendredi que la Biélorussie n'avait pas besoin d'une base aérienne russe déployée sur son territoire. 

Ni Minsk ni Moscou n'a besoin de déployer une base aérienne russe sur le territoire biélorusse du point de vue militaire, a expliqué M. Loukachenko lors d'une conférence opérationnelle du commandement des Forces armées qui s'est tenue vendredi à Minsk, la capitale de la Biélorussie. 

Le président biélorusse a également précisé que des équipages de MiG-29 biélorusses et de Su-27 russes étaient présents au quotidien sur la base aérienne de Baranovichi. "Ils gèrent la mission consistant à protéger l'espace aérien, en particulier, pour la défense de la Fédération de Russie". 

M. Loukachenko a souligné que le groupe commun de forces régionales serait utilisé si "une agression militaire est déclarée contre la Biélorussie et donc, contre la Russie". 

Certains médias ont rapporté qu'en septembre, le président russe Vladimir Poutine avait donné pour instruction aux ministres des Affaires étrangères et de la défense de s'entretenir avec leurs homologues biélorusses au sujet de la création d'une base aérienne et avait ordonné de signer l'accord correspondant. 

Le dirigeant biélorusse a reproché aux médias de faire beaucoup de bruit autour du déploiement présumé d'une base aérienne russe dans son pays, expliquant que ces accusations étaient à caractère politique et ne reflétaient pas la situation réelle. 

M. Loukachenko a insisté sur le fait qu'il ne voulait pas que son pays soit impliqué dans un "jeu où (Est et Ouest) montrent leurs muscles". 

"L'objectif principal est de donner une stabilité sociopolitique au pays et d'éviter le chaos et la déstabilisation", a-t-il ajouté. 

Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique Militaire
commenter cet article
6 novembre 2015 5 06 /11 /novembre /2015 13:56

Source : Euronews 06/11/15

 

21 ans au pouvoir, et un cinquième mandat qui débute… La prestation de serment d’Alexandre Loukachenko ce vendredi était à l’image de cette longévite. En grande pompe et un peu douteuse. Mais l’homme fort du Bélarus peut afficher son assurance puisqu’il est redevenu fréquentable aux yeux des Européens. 

Réélu à plus de 83% le 11 octobre, il n’avait sur sa route aucun des principaux responsables de l’opposition démocratique, soit parce que leurs candidatures avaient été rejetées soit parce qu’ils boycottaient le scrutin.

 
 
 
 
 

A 61 ans, celui que l’on décrit souvent comme le dernier dictateur d’Europe rempile donc pour cinq ans malgré des irrégularités dans le comptage et le dépouillement relevées par l’OSCE mais sur lesquelles l’Union européenne a décidé de fermer les yeux. Car Alexandre Loukachenko a habilement libéré six opposants deux mois avant l‘élection. Saluant ce geste d’ouverture, l’UE a suspendu ses sanctions contre le Bélarus fin octobre. Les Etats-Unis ont allégé les leurs.

Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 20:53
Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 20:39

Source : FranceTVinfos 24/10/15

 

"Marc Chagall, les sources de la musique", une vaste exposition consacrée à la relation très forte entre Marc Chagall et la musique s'ouvre samedi 24 octobre à La Piscine de Roubaix, complétant celle en cours à la Philharmonie de Paris.

 

Quelque deux cent trente oeuvres - tableaux, dessins, vitraux - sont proposés au public au musée roubaisien. Paris - "Le triomphe de la musique" - et Roubaix offrant "chacun un chemin différent dans l'étude du thème de la musique" chez l'artiste, d'après le commissaire de l'exposition Bruno Gaudichon.

La Piscine a déjà consacré deux expositions à Chagall (2007 puis 2012), mais "Les sources de la musique" présentent des oeuvres qui, à trois ou quatre exceptions près, étaient absentes des sessions précédentes."Il faut faire chanter le dessin par la couleur, il faut faire comme Debussy", avait dit à son ami Lino Melano celui qui peignit le plafond de l'Opéra Garnier à Paris (1963), sur commande d'André Malraux.

 

 

Une enfance marquée par la musique

Servie par des éclairages très étudiés, l'exposition met en valeur la musicalité du travail de l'artiste. Chez Chagall"l'inscription de la musique dans les gènes crée une façon de peindre singulière", explique M. GaudichonSa relation à la musique naît entre autres de son enfance, passée, rappelle-t-il, "dans une communauté juive hassidique à Vitebsk" (hier en Russie, aujourd'hui en Biélorussie).

 "La spécificité de cette communauté c'est qu'elle prône la musique, la danse, le rythme, comme un moyen d'entrer en contact avec Dieu". Le portrait de son frère David, pénétré par les mélodies de sa mandoline, reflète l'intensité du lien musical de l'artiste, qui imprègne aussi ses représentations des arts du spectacle, du cirque en particulier.

L'exposition bénéficie aussi de prêts très prestigieux, comme celui de "L'hommage à Apollinaire", "un tableau qui ne quitte quasiment jamais son musée d'Eindhoven, aux Pays-Bas", selon Bruno Gaudichon.

Repost 0
Published by bielorussie - dans Société
commenter cet article
14 octobre 2015 3 14 /10 /octobre /2015 19:57
Le vote anticipé et le vote via des urnes ambulantes sont critiquées par l'opposition qui pointe la facilité de falsification

Le vote anticipé et le vote via des urnes ambulantes sont critiquées par l'opposition qui pointe la facilité de falsification

Source : Boursorama /Reuters 12/10/15

 

 

L'élection présidentielle en Biélorussie, remportée avec près de 84% des voix dimanche par Alexandre Loukachenko, n'a pas respecté les normes démocratiques, estiment les observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE). "Il est évident que la Biélorussie a encore un long chemin à parcourir pour remplir ses engagements démocratiques", déclare le chef de la mission d'observation, Kent Hasted, dans un communiqué diffusé lundi. "La libération récente de prisonniers politiques et l'approche positive réservée aux observateurs ont constitué des développements positifs. Néanmoins, l'espoir de progrès électoraux plus amples que cela avait fait naître en nous a été largement non tenu", ajoute-t-il. Kent Hasted fait notamment mention de manquements dans les opérations de dépouillement et de comptabilisation des bulletins de vote. Au pouvoir depuis 1994, Alexandre Loukachenko a facilement remporté un cinquième mandat en recueillant 83,5% des voix, améliorant son score de 80% lors de la précédente présidentielle, en 2010.

 Mais le président biélorusse, que Condoleezza Rice, alors secrétaire américaine d'Etat de l'administration de George W. Bush, qualifiait en 2005 de "dernier dictateur d'Europe", a réussi à améliorer son image aux yeux des Occidentaux. Il a notamment pris position contre l'annexion de la Crimée par la Russie en mars 2014 et a accueilli les négociations qui ont abouti à deux reprises à des accords en vue d'un règlement politique de la crise en Ukraine. Le dernier en date, en février dernier, a été directement négocié à Minsk par Angela Merkel et François Hollande avec Vladimir Poutine et son homologue ukrainien, Petro Porochenko. La libération de six opposants, en août, a également contribué à redresser son image. A moins d'une nouvelle répression de la dissidence, l'Union européenne pourrait lever dans un proche avenir ses sanctions économiques contre la Biélorussie.

Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact