Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 22:12

Source : Le Quotidien du peuple 17/02/14

 

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a appelé vendredi à accélérer la construction d'un parc industriel sino-biélorusse, qui devrait, selon lui, relancer le développement économique.

Le chef de l'Etat biélorusse a dit vouloir un plan d'action concret afin d'accélérer la construction de ce projet de grande envergure revêtant une importance particulière. "C'est un exemple majeur de la coopération stratégique entre la Biélorussie et la Chine et un encouragement important pour le développement de l'économie," a-t-il déclaré devant le conseil d'Etat.

"La quantité de travail et le montant des investissements en capitaux sont énormes. En pratique, une nouvelle ville sera créée près de Minsk, ainsi qu'une zone économique et territoriale indépendante. Elle abritera des entreprises innovantes orientées vers l'export et offrira également des conditions de vie agréables," a-t-il ajouté.

La société chinoise d'Ingénierie CAMCE a fait savoir au Premier ministre adjoint biélorusse Anatoly Tozik vendredi que la construction des premiers bâtiments dans le parc industriel devrait commencer en mai-juin 2014, a indiqué le service de presse du gouvernement biélorusse.

Le parc industriel qui se situera dans le district de Smolevichi, dans la région de Minsk, devrait fabriquer des produits de l'électronique, de la biomédecine, de la chimie ainsi que de l'ingénierie.

 

Article précédent sur le même sujet

La ville devrait accueillir 155.000 personnes, permettant à la Chine de se créer une sorte de hub entre l’Europe et l’Asie

La ville devrait accueillir 155.000 personnes, permettant à la Chine de se créer une sorte de hub entre l’Europe et l’Asie

Repost 0
Published by bielorussie - dans Politique économie
commenter cet article
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 17:49

Source : Radio Chine Internationale 07/02/14

 

 

Le projet d'accord sur la création de la Communauté économique eurasienne est prêt, a annoncé jeudi le premier vice-Premier ministre biélorusse Vladimir Semashko.

La Biélorussie se penche sur certaines des dispositions avec le gouvernement russe, a dit M. Semashko lors d'une rencontre élargie du conseil du département d'efficacité énergétique de la commission d'Etat de standardisation biélorusse.

La Biélorussie, le Kazakhstan et la Russie ont accéléré leur avancée vers l'établissement d'une Communauté économique eurasienne. "Nous sommes peut-être lents au démarrage parfois mais une fois partis nous allons vite," a-t-il ajouté.

La Communauté économique eurasienne de Biélorussie, du Kazakhstan et de Russie devant être formée d'ici à 2015 deviendra la forme la plus avancée d'intégration économique des trois pays, qui sont déjà unis au sein de leur union douanière. Le produit intérieur brut (PIB) global de ces trois pays représente 85% du PIB total de l'ensemble de la Communauté des Etats indépendants.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
27 janvier 2014 1 27 /01 /janvier /2014 22:32

Source : teleanimaux 27/01/14

 

La Lituanie a annoncé lundi qu'elle prévoyait d'abattre 90% de sa population de sangliers à cause d'une épidémie de la peste porcine africaine et après l'embargo russe et biélorusse sur ses exportations de porc

"Le but est de laisser jusqu'à 10% de la population qui compte 60.000 (sangliers) afin de prévenir la propagation de virus", a déclaré à l'AFP Jurgita Savickaite, porte-parole des services vétérinaires et d'alimentation.

La Russie et la Biélorussie ont interdit les importations des produits porcins qui n'ont pas subi de traitement thermique, après la découverte de virus la semaine dernière, a-t-elle indiqué.

Le gouvernement lituanien va déclarer officiellement mercredi un état d'urgence dans les régions frontalières avec la Biélorussie, qui selon Vilnius est la source de l'épidémie de peste porcine africaine.

Tous les sangliers chassés dans ces régions qui sont également proches de la Pologne seront incinérés si les tests devaient prouver la présence du virus

Vilnius a également imposé l'interdiction de transport des porcs sur pied en dehors des régions contaminées.

Le ministre lituanien de l'Intérieur Dailis Alfonsas Barakauskas a indiqué qu'il allait demander à l'Union européenne de financer une clôture le long de la frontière avec la Biélorussie afin d'empêcher le passage des sangliers.

Peste porcine : la Lituanie veut abattre ses sangliers, contaminés par la Biélorussie ?
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
25 janvier 2014 6 25 /01 /janvier /2014 13:34

Source : Chine Radio Internationale  21/01/14

 

La compagnie russe de l'énergie nucléaire Rosatom est prête à collaborer avec ses homologues biélorusses pour construire ensemble une centrale nucléaire à l' étranger, a déclaré lundi à Minsk le président de Rosatom Sergueï Kirienko.

M. Kirienko a tenu ces propos lors d'une réunion avec le président biélorusse Alexander Loukachenko, qui a proposé à Rosatom de faire appel aux entreprises de son pays pour construire des sites nucléaires dans des pays tiers.

"Je compte sur notre capacité à apprendre quelque chose dans la construction de la première centrale nucléaire biélorusse afin de pouvoir construire d'autres sites avec vous", a déclaré M. Loukachenko.

"Si nous apprenons à construire des centrales nucléaires, nous sommes prêts à utiliser votre technologie et à vous suivre dans tous vos chantiers dans le monde entier", a-t-il dit.

M. Kirienko a félicité les entreprises biélorusses en déclarant qu'elles s'étaient bâti une bonne réputation lors de la construction de la première centrale nucléaire de Biélorussie, et il a déclaré que son entreprise était disposée à collaborer avec ces homologues qualifiés, ajoutant que la coopération énergétique entre les deux pays offrait des perspectives prometteuses.

Les contrats de construction de Rosatom représentent actuellement 22 blocs dans le monde entier, a-t-il dit.

"Nous commençons les négociations à 5 milliards de dollars par réacteur. C'est un prix de départ et les derniers appels d'offre que nous avons remportés prévoient un tarif supérieur", a-t-il ajouté.

La centrale nucléaire biélorusse, qui doit entrer en service en 2018 et 2019, sera construite dans le district d'Astravets à 20 km de la frontière avec la Lituanie.

La Russie a déjà accepté d'octroyer à la Biélorussie des prêts de 10 milliards de dollars.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
21 janvier 2014 2 21 /01 /janvier /2014 14:51
manifestation en 2008

manifestation en 2008

Source : Le Matin.ch 20/01/14

 

 

Libre-échange : Des élus protestent. La Suisse négocie un accord de libre-échange avec la Russie, elle-même liée par un accord douanier avec les peu démocratiques Biélorussie et Kazakhstan.

 

La Suisse négocie sous l'égide de l'Association européenne de libre-échange (AELE), un accord avec la Russie de Vladimir Poutine. Seulement voilà: le Kremlin a conclu en 2009 un accord douanier avec deux de ses ex-républiques: le Kazakhstan et la Biélorussie. Deux pays où l'expression démocratique est sévèrement réprimée.

La Confédération a ainsi pris en 2006 des mesures contre la Biélorussie que dirige d'une main de fer Alexandre Loukachenko. Elle a mis des membres et hauts fonctionnaires du gouvernement de Minsk sur une liste d'interdiction de voyage en Suisse, gelé leurs avoirs et interdit l'exportation de matériel destiné à la répression.

Les négociations se sont toutefois poursuivies, moyennant quelques compromis: pas de réunion en Biélorussie et ses représentants ne peuvent diriger une séance. L'accord avec la Russie, jugé très important économiquement parlant, valait bien ces petits aménagements.

Sanctions incompatibles avec libre-échange

Ce n'est pas l'avis de politiciens qui ne voient pas comment conjuguer libre-échange avec programme de sanctions, ce dont le Seco (Secrétariat d'Etat à l'économie) est conscient. «Les droits de l'homme vont certainement devenir un sujet politique», a expliqué au Tages Anzeiger l'ambassadeur Didier Chambovey, chargé des négociations pour la Suisse.

La Commission de politique extérieure du Conseil national donne de la voix. Ses membres cachent d'autant moins leur irritation que l'Administration fédérale ne les a pas tenus informés. «Des sanctions sont d'abord un levier économique destiné à améliorer la situation des droits de l'homme», rappelle la conseillère PLR bernoise Christa Markwalder. A ses yeux, la contradiction entre libre-échange et sanctions est flagrante.

Son collège socialiste zurichois Martin Naef partage sa déception et n'ose pas croire que le Seco ait imaginé un seul instant que personne n'allait remarquer que Minsk bénéficierait également de l'accord.

Course contre la montre

La Suisse avait déjà dû choisir lorsqu'elle a conclu son accord de libre-échange avec la République Populaire de Chine en 2013. Et à nouveau, l'importance de la Russie dans les échanges commerciaux pousse l'administration fédérale à fermer les yeux. Le marché russe représente la seizième destination des produits suisses, représentant en 2012 une valeur de trois milliards de francs. Et la tendance est à la hausse puisque les exportations ont triplé depuis 2002.

La Suisse doit se dépêcher car d'autres pays sont sur les rangs, rappelle Luzius Wasescha, l'ancien diplomate suisse qui a engagé les négociations entre les deux pays.

Un argument que réfute la Société pour les peuples menacés (SPV) qui avait déjà protesté en 2012 contre la venue en Suisse de soldats russes dans le cadre d'un programme de formation. Elle souhaite un accord de libre-échange qui comprenne des conditions pour les droits de l'homme et une clause de sortie si ces droits sont violés.

La SPV rappelle que les droits de l'homme sont systématiquement violés en Biélorussie. Elle discute à ce sujet avec le Seco et mène des campagnes de sensibilisation auprès des parlementaires.

 La Suisse négocie un accord avec la dictature biélorusse
 La Suisse négocie un accord avec la dictature biélorusse
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 15:08

Source : Ria Novosti 05/01/13

 

 

La Biélorussie a reçu samedi 450 millions de dollars d'un prêt de 2 milliards de dollars promis par la Russie, a annoncé un porte-parole de la Banque nationale biélorusse.

"Nous avons reçu la première tranche du crédit russe, d'un montant de 450 millions de dollars", a indiqué le représentant de la banque.

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé fin décembre, lors d'une réunion du Conseil d'Etat suprême de l'Union Russie-Biélorussie, que le gouvernement russe avait décidé d'accorder un prêt supplémentaire de 2 milliards de dollars à Minsk en 2014. Selon le ministre russe des Finances Anton Silouanov, le crédit sera accordé pour une période de 10 ans.

La Russie s'était déjà engagée en décembre à prêter 15 milliards de dollars à l'Ukraine via l'achat de titres de la dette publique du pays.

Créée en 1997, l'Union Russie-Biélorussie est un projet d'intégration supranational de ces deux Etats en vue d'organiser leurs espaces communs commercial, économique, militaire, douanier, agricole, monétaire, industriel, financier, énergétique, humanitaire, juridique, scientifique, technologique et culturel. Les pays la composant conservent leur souveraineté nationale.

La Biélorussie reçoit un crédit russe de 450 M USD
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
5 janvier 2014 7 05 /01 /janvier /2014 13:49

Source : Radio Chine Internationale 28/12/13

 

 

La Russie a annoncé l'interdiction de 11 exportateurs estoniens de produits laitiers et de poissons qui entrera en vigueur à partir du 9 janvier 2014, a rapporté le système de radiodiffusion publique estonien (ERR) vendredi.

Cette mesure fait partie d'une tentative de la Russie d'imposer les règles de son union douanière avec la Biélorussie et le Kazakhstan à l'Union européenne, dont l'Estonie fait partie, a déclaré Marko Mihkelson, chef du Comité des Affaires étrangères du Parlement estonien, cité par ERR.

La Russie a également interdit des produits alimentaires des Pays-Bas et de Lituanie venant d'entreprises ayant échoué lors d'une inspection par la Russie au mois d'octobre, selon le rapport.

Ago Partel, chef des autorités vétérinaires et alimentaires estoniennes, a indiqué que l'interdiction suivait un schéma précédent selon lequel la Russie interdisait des produits et ouvrait ensuite des négociations pour enfin alléger ou lever les interdictions.

Le processus devrait prendre au moins plusieurs mois, a anticipé M. Partel.

Les conséquences d'une telle interdiction sur les industries estoniennes de produits laitiers et de poissons ne sont pas encore connues.

Quelques unes des sociétés en question ont dit aux médias estoniens qu'elles exportaient entre 30 et 80 pour cent de leurs produits vers la Russie, la Biélorussie ou le Kazakhstan.

La Russie a déjà imposé des sanctions à deux poissonneries début novembre pour avoir employé des matières premières de sociétés non reconnues par la Russie.

Une interdiction similaire à l'encontre de produits laitiers lituaniens début octobre a coûté plusieurs millions d'euros à l'industrie du pays.

Union douanière : la Russie interdit onze exportateurs estoniens de produits laitiers et de poissons
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 13:22

Source : air-journal.net 31/12/13

 

La compagnie aérienne Belavia propose depuis le 17 décembre 2013 une toute nouvelle liaison régulière entre Genève et Minsk, la capitale de la Biélorussie.

Les liaisons sont opérées au rythme de trois fois par semaine, les mardi, vendredi et dimanche, avec des avions différents selon les vols (Embraer 175, Canadair CRJ-200 ou Boeing 737).

Selon Robert Deillon, le CEO de l’aéroport de Genève, cette route entre Genève et Minsk devrait intéressée les hommes d’affaires et les fonctionnaires gouvernementaux et internationaux, Genève abritant une forte communauté d’employés des Nations-unies. Par ailleurs, elle devrait permettre d’attirer davantage de touristes biélorusses dans la région de Genève, notamment pour les sports d’hiver, comme l’attestent les premiers skieurs à bord des premiers vols.

Compagnie nationale de la Biélorussie, Belavia, qui affrétaient jusqu’en 2009 des avions russes Tu-134 et AN-24, s’est lancée dans un programme de modernisation de sa flotte, en acquérant une dizaine d’appareils occidentaux, des Boeing 737 et des Bombardiers CRJ-200. La compagnie biélorusse desservent 24 destinations, principalement des villes russes et est-européennes, mais aussi des capitales occidentales, dont Paris, Londres, Berlin, Rome, etc.

Belavia inaugure une liaison régulière entre Genève et Minsk
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
29 décembre 2013 7 29 /12 /décembre /2013 19:23

Source : Les Echos 26/12/13

 

 

Le géant russe, leader mondial de la potasse, pourrait renouer son alliance avec le biélorusse Belaruskali.

 

 

Après avoir fait entrer de nouveaux actionnaires, Uralkali vient de changer de patron. Si l'imbroglio économico-politico-judiciaire depuis l'arrestation en août de son ancien PDG est encore loin d'être résolu, la donne évolue bel et bien pour le leader mondial de la potasse. Les nouveaux actionnaires du géant russe ont nommé lundi Dimitri Ossipov au poste de directeur général. Une nomination qui pourrait annoncer une volte-face d'Uralkali : un retour vers son alliance avec Belaruskali, le producteur biélorusse.

Avec cette nomination, le conseil d'administration du premier producteur mondial de potasse, minerai à la base de multiples engrais agricoles, essaie avant tout de tourner la page de quatre mois de scandales. Dimitri Ossipov remplacera en effet Vladislav Baumgertner qui, accusé par la justice biélorusse d'abus de pouvoir, a été spectaculairement arrêté et mis en prison à Minsk en août. Il a depuis été extradé vers Moscou où, toujours poursuivi pour abus de pouvoir, il est assigné à résidence. Cette détention surprise à Minsk, après des pourparlers officiels, avait des allures de règlement de comptes contre Vladislav Baumgertner qui venait de rompre en juillet les accords commerciaux avec la Biélorussie. La décision, suivie du lancement d'une vraie guerre des prix pour gagner des parts de marché, avait alors affecté les cours de la potasse - mais aussi les profits des principaux producteurs comme l'allemand K+S et le canadien Potash.

Nouveaux actionnaires

L'arrivée à la tête du groupe de Dimitri Ossipov, qui jusque-là était vice-président du conseil d'administration du chimiste russe Uralchem, confirme par ailleurs la reprise en main d'Uralkali par les nouveaux actionnaires. Début décembre, le milliardaire Dimitri Mazépine, qui contrôle Uralchem, a annoncé le rachat de 20 % du capital du géant des engrais. Peu avant, l'oligarque Mikhaïl Prokhorov a annoncé son acquisition de 21,75 %, devenant ainsi le principal actionnaire du groupe.

Le fonds souverain chinois China Investment Corporation (CIC), via sa filiale Chengdong Investment Corporation, a par ailleurs acquis en septembre 12,5 % du groupe. Les nouveaux actionnaires n'ont encore rien dit de leur stratégie. Mais une nouvelle forme de coopération avec Belaruskali, le producteur biélorusse de potasse avec qui Uralkali a rompu cet été ses accords, semble probable. Une alliance qui, avant le début de la saga, représentait 40 % de la consommation mondiale en potasse et pesait 10 milliards de dollars en Bourse…

 

Article précédent sur le même sujet

Uralkali, leader mondial de la potasse, change de patron et… de stratégie ?
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
27 décembre 2013 5 27 /12 /décembre /2013 18:13

Source : Ria Novosti 25/12/13

 



Le gouvernement russe empruntera l'année prochaine à Minsk deux milliards de dollars supplémentaires, a déclaré mercredi le président russe Vladimir Poutine à l'issue d'une réunion du Conseil suprême de l'Union Russie-Biélorussie.

"Je tiens à vous informer que lors de la réunion d'aujourd'hui le gouvernement russe a pris la décision de prêter concours à nos collègues dans un contexte de ce qui se passe actuellement sur les marchés internationaux et, par conséquent, emprunter en 2014 à la Biélorussie jusqu'à deux milliards de dollars", a souligné le dirigeant russe.

Créée en 1997, l'Union Russie-Biélorussie est un projet d'intégration supranational de ces deux Etats en vue d'organiser leurs espaces communs commercial, économique, militaire, douanier, agricole, monétaire, industriel, financier, énergétique, humanitaire, juridique, scientifique, technologique et culturel. Les pays la composant conservent leur souveraineté nationale.

La Russie accordera à la Biélorussie un prêt de 450 millions de dollars puisés dans le budget fédéral pour l'année 2014, a annoncé jeudi le ministre russe des Finances Anton Silouanov.
"Nous nous sommes mis d'accord, au cours d'une réunion gouvernementale, pour octroyer à la Biélorussie un prêt de 450 millions de dollars grâce à une correction du budget fédéral", a déclaré M.Silouanov aux journalistes.
Toujours selon lui, le volume total d'assistance financière qui sera accordée à la Biélorussie par Moscou en 2014 s'élèvera à 2 milliards de dollars. Le ministre n'a pas cependant été en mesure de préciser où seraient puisés les fonds restants, tout en affirmant qu'il ne s'agirait pas de fonds budgétaires.
La semaine dernière, la Russie s'est engagé à prêter 15 milliards de dollars à l'Ukraine via l'achat de titres de la dette publique du pays. Moscou a déjà déboursé trois milliards de dollars et doit verser les 12 milliards restants en 2014.

Poutine promet 2 milliards de dollars à Minsk en 2014
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie Politique
commenter cet article

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact