Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 13:28

Source : Radio Canada 30/07/13

 

De durs lendemains sont à craindre pour les producteurs canadiens de potasse, un minerai utilisé dans la fabrication de fertilisants.

Les cours de la potasse ont subi une forte baisse, mardi, sur le marché nord-américain, à la suite d'une annonce qui a pris l'industrie par surprise. L'annonce est venue des producteurs de potasse Uralkali et Belaruskali, respectivement de Russie et du Bélarus, qui ont décidé de mettre fin à leur partenariat dans une agence de mise en marché appelée BPC. Cette nouvelle laisse entrevoir une baisse marquée des prix de la potasse qui, selon les analystes, pourraient passer de 400 $ la tonne, qui est le prix actuel, à 300 $ la tonne.

L'agence de mise en marché européenne faisait en sorte d'établir les prix pour plus du tiers de l'approvisionnement mondial en potasse. Son démantèlement a pour effet de « mettre fin au monde de la potasse tel que nous le connaissions jusqu'ici », d'après l'analyste Joel Jackson de Capital Markets.

Mardi, sur les places boursières, le titre de PotashCorp (TSX :POT) a plongé : à la clôture, il s'établissait à 32,66 $ en baisse de 16 % ou 6,24 $ par action. Le titre d'Agrium (TSX:AGU) quant à lui a terminé la journée à 89,15 $, en baisse de 4,69 $, ou 5 %. Le dollar canadien a fléchi de 0,40 ¢ pour terminer à 97,07 $.

La semaine dernière, PotashCorp annonçait à ses actionnaires un bénéfice moins élevé que prévu au deuxième trimestre.

Le Canada détient l'une des plus grandes réserves mondiales de potasse et en exporte à d'autres pays, dont les États-Unis, la Chine et l'Inde.

Fin 2012, Canpotex avait annoncé la vente d'un million de tonnes de potasse à la Chine à un prix réduit.

À la lumière de l'annonce faite par les producteurs de Russie et du Bélarus, les investisseurs et des analystes tels que ceux de CIBC World Markets appréhendent qu'il y aura des surplus de potasse sur le marché mondial.

L'attente de la Saskatchewan

La Saskatchewan a par ailleurs déclaré qu'il était encore trop tôt pour dire si le bouleversement du marché de la potasse mardi aura un effet durable sur ses recettes.

Une porte-parole du gouvernement, Kathy Young, a précisé que tout changement sera reflété lors du résultat trimestriel budgétaire prévu le mois prochain et que la province suit de près l'évolution du marché.

Le Parti saskatchewanais entendait se servir des revenus de la potasse pour maintenir son léger surplus. Il espérait aussi voir l'industrie de la potasse continuer son rôle d'employeur important.

Potasse

Potasse

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
24 juillet 2013 3 24 /07 /juillet /2013 18:20

Source : La Russie d'Aujourd'hui 20/07/13

 

Au cours d’une visite officielle du Président biélorusse Alexandre Loukachenko à Pékin, la Biélorussie a signé avec le géant chinois de juteux contrats pour un montant total de 1,5 milliards de dollars. Minsk affirme ainsi sa volonté de se détourner de la Russie, sa principale partenaire économique et politique, et se positionne en allié indispensable à Pékin au cœur du continent européen.

 

Pendant près de 20 ans, Loukachenko a misé sur les contradictions entre l’UE et la Russie. Les différences d’intérêts entre Moscou et Pékin font à présent son nouveau jeu.

Au terme de la visite officielle à Pékin du président biélorusse Alexandre Loukachenko, plus de trente accords et contrats ont été signés pour un montant total de 1,5 milliards de dollars. Comme le note un expert, Moscou se montre plus réticent à financer son allié biélorusse, exigeant en échange des actifs dans l’industrie du pays.

Dans cette situation, la Chine se révèle être la nouvelle source de financement privilégiée par le pouvoir biélorusse. Même les présidents russes ne recevaient pas de tels éloges quand manquait de crédits. 

« Aujourd'hui, la Chine met vingt projets en œuvre chez nous, pour un montant d’environ 5,5 milliards de dollars. Cela représente d’énormes investissements. Ils n’auraient probablement été possibles qu’avec la Fédération de Russie », a déclaré Alexandre Loukachenko en arrivant à Pékin.

« Bien que la République Populaire de Chine se positionne aujourd'hui comme un empire - dans le bon sens du terme - et bien que ce soit un état hégémonique – sans ce centre qu’est l'Europe, elle ne peut pas se développer. Je crois que c’est pour cette raison que la République Populaire de Chine a choisi la Biélorussie. [...] La Chine est la plus grande puissance du monde, et aujourd'hui, vous savez que quand il faut «prendre la température» sur la planète, ce n'est pas à Washington que ça se fait, ni même à Bruxelles ou ailleurs, mais à Pékin.»

Ne se privant pas d’une pique à l’encontre de Moscou, le président biélorusse a déclaré que des véhicules blindés chinois « Dongfeng Mengshi » (copies chinoises du Hummer américain), offerts à la Biélorussie par la Chine, avaient défilé à Minsk au cours de la parade militaire du 3 juillet dernier.

Minsk considère la Chine comme son partenaire stratégique en Asie et exprime la volonté d’accueillir 30 milliards de dollars d’investissements chinois, afin de devenir la tête de pont de Pékin en Europe.

Au programme de sa visite de 3 jours à Pékin, Loukachenko s’est entretenu avec les plus hauts dignitaires du pays tels que le président chinois Xi Jinping, son premier ministre Li Keqiang, ainsi que Yu Zhengsheng, membre du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois.

Plus de 30 accords, protocoles et contrats en matière de coopération économique ont été signés, ainsi qu’une déclaration commune définissant le partenariat stratégique entre Pékin et Minsk. Selon le vice-premier ministre biélorusse Anatoli Tozik, l’ensemble des contrats conclu représente au total 1,5 milliards de dollars.

« Selon moi, cette visite est inestimable pour nos relation bilatérales. En Chine, la cinquième génération de dirigeants est aujourd’hui arrivée au pouvoir. Notre visite est le couronnement de dix années de coopération. Elle définit notre orientation stratégique pour les dix années à venir », a déclaré M. Tozik.

Le cabinet de l’industrie militaire et le département chinois de la défense technologique et industrielle ont par ailleurs signé un accord de coopération dans les domaines de la défense et des technologies spatiales. La Chine a en outre promis à Minsk un crédit avantageux pour la construction de lignes électriques dans la ville d’Octrovts afin de recevoir l’argent des centrales nucléaires russes.

Le ministère de l’industrie biélorusse et l’entreprise chinoise Zhejiang Geely Holding Group se sont mis d’accord pour que les investisseurs chinois participent à hauteur d’un demi-milliard de dollars dans la production d’automobiles en Biélorussie. La fabrication de la voiture Geely, orientée vers le marché russe, devrait atteindre les 120 000 véhicules par an à partir de 2015.

Mais le principal projet commun reste la construction d’un complexe industriel chinois dans les environs de Minsk.

Situé dans le district de Smolevitchi de la région de Minsk, ce parc industriel sino-biélorusse est un gigantesque projet commun, qui une fois réalisé, constituera le plus grand centre industriel financé par la Chine en Europe. Plus de 80 km² sont dédiés à l’entreprise. La dotation initiale s'élève à environ 5,6 milliards de dollars, pour un chantier de près de 30 ans.

« Tous les économistes du pays prédisent l’effondrement du rouble biélorusse pour cet automne, comme lors de la dévaluation catastrophique de 2011. Après les déclarations des membres du gouvernement affirmant que ‘la dévaluation n’aurait pas lieu’, les Biélorusses, connaissant la leçon, se sont jetés sur les distributeurs de billets pour se procurer des dollars et des euros », explique le politologue biélorusse Viktor Demidov.

Loukachenko s’est retrouvé au seuil du prochain crash. Seulement, cette fois il n’a pas demandé d’argent à Moscou, comme à son habitude, mais à Pékin.

Car Moscou ne donne plus rien : en mars dernier encore, le ministre des finances russe Anton Silouanov plaçait tous les nouveaux crédits russes sous la condition d’une privatisation des industries biélorusses. Mais la privatisation est bien la dernière chose à laquelle soit prêt le dirigeant biélorusse.

« Il se trouve que Moscou ne donne plus d’argent. De même, le FMI et la BERD ont refusé d’accorder de nouveaux crédits, exigeant des réformes économiques. L’UE et ses partenaires ne donneront rien non plus tant que se poursuivra le verrouillage politique du pays, et qu’il n’existera même pas le soupçon d’honnêtes élections. Les fidèles amis Hugo Chavez et Mouammar Kadhafi sont, eux, morts et enterrés. Les surplus d’armes datant de l’URSS ont déjà tous été vendus. Reste la Chine, qui a besoin d’un centre logistique et industriel aux frontières de l’Union Européenne. Voilà pourquoi Loukachenko peut d’ores et déjà affirmer que la construction de cet immense centre industriel commencera cette année. Si le président biélorusse accueille les chinois à bras ouverts, c’est bien qu’il n’a plus nulle part où aller ... ».

Minsk remplace Moscou par Pékin
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 18:42

Source : Terre-net 11/07/13

 

Positionnés sur un créneau low cost, les tracteurs Belarus semblent représenter un certain intérêt pour la profession agricole. Il faudra par contre patienter encore quelques mois avant de pouvoir découvrir leur showroom, leur site internet et leur élargissement de gammes.

 

Présent sur le Sima pour annoncer le retour des tracteurs Belarus en France, le distributeur Podia fait part d’un certain retard dans le lancement de son site internet. Site qui est, rappelons-le, au cœur de la stratégie de commercialisation du distributeur.

« Nous avons pris du retard et notre site internet devrait être prêt pour l’inauguration de notre showroom à Troyes le 24 septembre. C’est un mal pour un bien car, du coup, notre site sera beaucoup plus complet que prévu. En effet, depuis le Sima notre offre a aussi beaucoup évolué. Podia a signé un contrat de distribution exclusive de matériels d’agroéquipement Belarus : préparateurs de sols, semoirs, faucheuses, tonnes à lisier, chargeurs, pneus  etc.  avec les usines Agromash, Lidagromash et Lidselmash. Comme pour les tracteurs, une gamme complète sera disponible en trois niveaux de finition » explique Eric Renaud, président de Podia.

 

Article précédent sur le même sujet

C’est une gamme de six modèles de 95 à 350 ch (Tier 4i/ Stage IIIb) qui a été présentée au Sima 2013

C’est une gamme de six modèles de 95 à 350 ch (Tier 4i/ Stage IIIb) qui a été présentée au Sima 2013

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
14 juin 2013 5 14 /06 /juin /2013 17:08

Source : Ria Novosti 13/06/13

 

Le géant automobile américain General Motors (GM) envisage de mettre en place une production de voitures Opel en Biélorussie.

Un accord-cadre portant sur ce projet a été signé jeudi à Minsk entre le directeur général de GM pour la Russie et les pays de la CEI, James Bovenzi, et le directeur général de l'usine automobile biélorusse Unison, Dmitri Egorov.

"Le document que nous avons signé aujourd'hui a une importance stratégique pour le développement de notre entreprise", a déclaré M. Egorov.

La berline Opel Corsa sera la première voiture de cette marque allemande assemblée en Biélorussie.

"Outre les Opel Corsa, nous fournirons certains modèles Chevrolet", a indiqué le directeur général d'Unison, précisant que cette entreprise devait produire 4.000 à 7.000 véhicules par an.

M. Bovenzi a pour sa part fait savoir que les voitures assemblées à Minsk seraient vendues en Biélorussie, en Russie et au Kazakhstan.

"Nous cherchons à fabriquer nos véhicules là où ils sont vendus. C'est précisément ce principe que nous appliquons dans le monde entier. L'Opel Corsa étant une voiture importée par la Russie et la Biélorussie, nous avons décidé d'en lancer l'assemblage sur place", a déclaré le responsable de GM.

Automobile: GM veut produire des Opel en Biélorussie
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
6 juin 2013 4 06 /06 /juin /2013 19:03

Source : Xinhua 05/06/13

 

La société China CNR Corporation Limited, l'un des plus grands fabricants de trains de Chine, a annoncé mercredi avoir achevé la livraison de douze locomotives électriques à grande puissance à la Biélorussie. Il s'agit de la première exportation de ce genre vers l'Europe.

Doté d'une capacité de 9.600 kW, ce modèle de locomotive est capable de tirer des wagons de fret transportant jusqu'à 10.000 tonnes de pétrole, de charbon, de bois et d'aliments. La livraison a été réalisée en quatre fois. Le premier lot a été remis en octobre 2012, et le dernier, fabriqué par la CNR Datong Electric Locomotive Company Limited, est arrivé en Biélorussie le 2 juin.

Ces locomotives, qui ont déjà été mises en service, ont permis de renforcer la capacité ferroviaire du pays et de réduire les coûts d'exploitation, selon un responsable des Chemins de fer biélorusses.

La CNR a été créée à la suite de la réorganisation de la China Northern Locomotive and Rolling Stock Industry (Group) en juin 2008. Ses produits sont utilisés dans plus de 40 pays et régions.

illustration

illustration

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
31 mai 2013 5 31 /05 /mai /2013 18:38

Source : Slate.fr 30/05/13

 

La Chine construit une ville entière dans les forêts proches de la capitale de la Biélorussie, Minsk, dans le but de créer un immense parc industriel proche de l’Union européenne et de son économie, écrit le site Bloomberg.

La ville devrait accueillir 155.000 personnes, permettant à la Chine de se créer une sorte de hub entre l'Europe et l'Asie: les exportations chinoises ne seront plus qu’à 275 kilomètres de la Pologne et de la Lituanie, deux pays membres de l’Union. Autre avantage: les accords entre la Biélorussie, la Russie et le Kazakhstan permettront aux produits issus de cette ville-atelier de passer les frontières de ces deux derniers pays sans barrière douanière.

La Chine investit 5 milliards de dollars (3,8 milliards d'euros) dans cette opération, et la ville nouvelle sera reliée à l’aéroport de Minsk par une ligne de train à grande vitesse. L'énergie sera fournie par une centrale nucléaire construite par la Russie et livrée en 2018. Une première partie de la ville nouvelle sera terminée en 2020, et la livraison finale est prévue pour 2030.

Le futur parc industriel prévoit une exonération d’impôts et de taxes foncières sur place pour les sociétés qui viendront s’y installer et y investiront un minimum de 5 millions de dollars (3,8 millions d'euros), qu’elles soient chinoises où originaires d’autres pays. De grandes entreprises sont déjà intéressées par le projet.

Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, s’est rendu le 26 mai en Allemagne, seul pays de l’Union inclus dans son tour du monde, écrit le site Xinhuanet, pour renforcer son partenariat économique avec le pays. Le choix stratégique de long terme de la Chine est en effet de développer sa coopération avec l’Allemagne, son premier partenaire économique en Europe. Cette visite a permis aux deux pays d'apaiser les tensions sino-européennes, fortes depuis que la Commission européenne a annoncé vouloir taxer fortement l'importation chinoise de panneaux solaires. Une proposition que conteste Angela Merkel, qui a pris la tête des pays européens opposés à la mesure.

Du côté bélarusse, l’alliance avec la Chine est une manière de réduire sa dépendance à la Russie. L’Union européenne et les Etats-Unis ont intensifié les sanctions contre le pays depuis que son dirigeant (depuis 1994) Alexander Lukashenko a emprisonné des opposants politiques. La mort de Mouammar Kadhafi puis de Hugo Chavez, deux alliés du régime, l’isole un peu plus...

La Biélorussie n’est donc peut-être pas l’endroit idéal pour se rapprocher du marché européen, mais un précédent projet plus modeste, en Bulgarie, avait échoué en 2010.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
26 mai 2013 7 26 /05 /mai /2013 19:04

Source : Ria Novosti 24/05/13

 

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a interdit jeudi au gouvernement de soutenir la monnaie nationale en dépensant les réserves de change, à l'occasion du 2e anniversaire de la dévaluation du rouble biélorusse, a annoncé le service de presse du président.

"Tout dépend de l'économie. Il n'est pas question de déstabiliser la situation. Il faut préserver les réserves de change au lieu de les gaspiller", a indiqué M.Loukachenko lors d'une rencontre avec le premier ministre Mikhaïl Miasnikovitch.

Il y a deux ans, le 23 mai 2011, la Banque nationale de Biélorussie a annoncé la dévaluation du rouble biélorusse d'environ 56% par rapport au dollar et à l'euro. 

Le premier directeur adjoint de la Banque nationale de Biélorussie Nikolaï Louzguine a reconnu fin janvier dernier qu'il fallait s'attendre à "une petite dévaluation" du rouble biélorusse en 2013, vu que l'inflation devrait atteindre 10% à 12%. En 2012, l'inflation biélorusse s'est chiffrée à 21,8% contre 108% en 2011.

Le 22 février, le président Loukachenko a déclaré qu'il ne voyait pas de raisons pour dévaluer la monnaie nationale ce qui, selon certains experts, serait nécessaire pour moderniser l'économie du pays. M.Loukachenko a même ajouté, se référant à la Banque nationale de Biélorussie, que ces derniers temps, les Biélorusses achetaient moins de devises étrangères et que la Banque nationale achetait "plus de devises étrangères qu'elle n'en vendait".

Biélorussie: Loukachenko appelle à préserver les réserves de change
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
21 mai 2013 2 21 /05 /mai /2013 19:00

Source : Xinhua 16/05/13

 

La Biélorussie reprendra les discussions multilatérales sur son adhésion à l'Organisation mondiale du commerce, a déclaré mercredi dans un communiqué le ministère des Affaires étrangères de ce pays.

Après un intervalle de quatre ans, la Biélorussie reprend actuellement ces discussions multilatérales dans le cadre d'un groupe de travail, a fait savoir le ministère. Selon ce communiqué, le siège de l'OMC à Genève accueillera jeudi une réunion multilatérale au cours de laquelle la mission sur l'adhésion de l' OMC, comprenant des représentants de 41 pays, passera en revue les réglementations biélorusses sur les relations économiques et commerciales internationales, et discutera des étapes à suivre.

La délégation biélorusse prévoit également de rencontrer les délégations de Suisse, du Japon, de Corée du Sud, de Malaisie, du Salvador, du Brésil et d'Équateur pour discuter des conditions de l'accès au marché biélorusse des matières premières et des services. La Biélorussie mène des discussions pour son adhésion à l'OMC depuis 1993.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 12:44

Source : Romandie 07/05/13

 

La banque centrale du Bélarus a décidé mardi d'abaisser son principal taux directeur à 25%, relâchant une nouvelle fois sa politique monétaire sur fond de modération de l'inflation qui s'était envolée en 2011.

Le taux de refinancement était fixé depuis mars à 27%. Il avait été relevé jusqu'à 45% au pire de la crise de 2011.

Cette année-là, cette ex-république soviétique s'était enfoncée dans sa plus grave crise financière depuis l'arrivée au pouvoir du président Alexandre Loukachenko il y a 18 ans. L'inflation s'était établie à 108%, un record, et le déficit commercial avait atteint un niveau abyssal.

Face à la crise, Minsk a notamment procédé à plusieurs dévaluations et a accepté une aide de plusieurs milliards de dollars de la Russie, contre la cession à Moscou de son réseau de gazoducs.

Depuis, la situation s'est apaisée et la banque centrale abaisse peu à peu son taux directeur afin de stimuler l'activité. Elle a de nouveau justifié mardi sa décision par un nouveau ralentissement de l'inflation en avril.

En avril, le Fonds monétaire international a abaissé sa prévision d'inflation pour 2013 à 20,5%, contre 30,6% prévu auparavant et après 59,2% en 2012. Il a aussi fortement réduit sa prévision de croissance à 2,1% cette année, contre 3,4% attendu jusqu'à présent et après 1,5% l'an dernier.

Bélarus: nouvelle baisse des taux de la banque centrale
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
21 avril 2013 7 21 /04 /avril /2013 14:32
 Biélorussie: les sanctions de l'UE ont évité des pertes au pays (officiel)

Source : Ria Novosti 19/04/13

Les sanctions de l'Union européenne ont évité aux hommes d'affaires biélorusses des pertes d'argent à Chypre, a déclaré vendredi le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dans un message au peuple et au parlement du pays.

"A une certaine époque, les Européens ont fait pression sur une vingtaine à une trentaine de gros hommes d'affaires (biélorusses, ndlr), en les menaçant d'interdiction d'entrée en Europe, de confiscation de leurs fonds, de gel d'avoirs. Aussi, ont-ils dû retirer leur argent de Chypre et autres îles Vierges", a rappelé le chef de l'Etat.

Et d'ajouter que les hommes d'affaires avaient alors récupéré leur argent et n'avaient rien perdu.

"A présent, ils me portent aux nues: merci au président, disent-ils, c'est grâce à lui qu'on ne nous a pas laissés entrer en Europe", a raconté M.Loukachenko.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact