Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 avril 2013 6 20 /04 /avril /2013 13:59

Source : La Voix de la Russie 19/04/13

 

La Biélorussie salue la construction du gazoduc Yamal-Europe, a déclaré vendredi le président biélorusse Alexandre Loukachenko.

« Nous participerons activement à ce projet. Je garantis que notre pays protègera et maintiendra le gazoduc dans un état normal », a ajouté M. Loukachenko.

La société Gazprom devrait construire la deuxième branche du gazoduc Yamal-Europe, a déclaré début avril le président russe Vladimir Poutine lors d'une réunion avec Alexeï Miller, patron de la société gazière.

Gazoduc Yamal-Europe : la Biélorussie s'impliquera dans le projet
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 11:47

Source : Les Echos 16/04/13

 

 

La banque centrale du Belarus a annoncé mardi un nouvel abaissement de son principal taux directeur, réduit à 27% en raison d'une modération de l'inflation qui s'était envolée pendant la dramatique crise de 2011.
Le taux de refinancement était fixé depuis mars à 28,5%. Il avait été relevé jusqu'à 45% au pire de la crise de 2011.
Cette année-là, cette ex-république soviétique s'était enfoncée dans sa plus grave crise financière depuis l'arrivée au pouvoir du président Alexandre Loukachenko il y a 18 ans. L'inflation s'était établie à 108%, un record, et le déficit commercial avait atteint un niveau abyssal.
Face à la crise, Minsk a notamment procédé à plusieurs dévaluations et a accepté une aide de plusieurs milliards de dollars de la Russie, contre la cession à Moscou de son réseau de gazoducs.
Depuis, la situation s'est apaisée et la banque centrale abaisse peu à peu son taux directeur afin de stimuler l'activité.
"Le ralentissement de l'inflation, accompagné d'un excédent commercial et d'une situation stable sur le marché des changes, permet de continuer à abaisser les taux", a expliqué la banque centrale.
La hausse des prix à la consommation s'est modérée à 1,1% en mars et représente au total 5,2% sur les trois premiers mois de l'année.
Mardi, le Fonds monétaire international a abaissé sa prévision d'inflation pour 2013 à 20,5%, contre 30,6% prévu auparavant et après 59,2% en 2012. Il a aussi fortement réduit sa prévision de croissance à 2,1% cette année, contre 3,4% attendu jusqu'à présent et après 1,5% l'an dernier.

Belarus: la banque centrale continue de baisser ses taux
Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
11 avril 2013 4 11 /04 /avril /2013 11:43

Source : Ria Novosti 08/04/13

 

 

peleng.jpgLa compagnie spatiale russe Roskosmos pourrait obtenir le bloc de contrôle de la société Peleng, qui fabrique des télémètres lasers, des caméras thermiques ou encore des systèmes de visée pour chars et véhicules blindés, écrit lundi le quotidien Izvestia.

Roskosmos pourrait acheter de nouveaux actifs étrangers. Le porte-parole de l’agence, Alexeï Kouznetsov, a déclaré que le contrôle majoritaire des actions de la société biélorusse Peleng par l'une des entreprises du groupe russe était actuellement discuté. Le premier ministre biélorusse Mikhaïl Miasnikovitch a envoyé à son homologue russe Dmitri Medvedev une proposition officielle pour acquérir des actions de plusieurs entreprises biélorusses par des compagnies russes. Parmi les actifs proposés on trouve la société Peleng, basée à Minsk, dont 48,9% appartiennent à l'Etat biélorusse et 51,1% aux  salariés.

Peleng fabrique des équipements optiques électroniques. La société a été fondée en 1974 après la réorganisation du bureau d'études de l'usine mécanique de Minsk, à l'époque une succursale de l'Association optico-mécanique de Leningrad (LOMO).

Peleng produit des équipements optiques et lasers comme des caméras de surveillance, des enregistreurs photo et vidéo, des microscopes, des télémètres lasers, des caméras thermiques et des systèmes de visée pour chars et véhicules blindés. Des équipements de Peleng ont été utilisés pour la conception du satellite biélorusse BelKa – qui sonde la Terre à distance - construit par la compagnie spatiale russe Energia. Des équipements de Peleng seront installés sur le satellite EgyptSat, également fabriqué par Energia, dont le lancement est prévu en 2014.

Les experts du secteur spatial remarquent que les entreprises russes sont technologiquement mieux développées que Peleng.

"Concernant l'optique et le laser appliqués à la défense aérienne et spatiale, Peleng n'a rien à nous apprendre, déclare Viktor Chargorodski, constructeur général de la corporation scientifique Systèmes de l'industrie de précision. Les capacités de l'entreprise pourraient être exploitées pour une production en série mais nous avons notre propre usine en construction grâce aux investissements de l'Etat dans le cadre du programme fédéral GLONASS notamment. C'est pourquoi nous ne sommes pas directement intéressés par cette société à l'heure actuelle. Même si en y regardant de plus près on pourrait trouver des options de coopération mutuellement bénéfiques. Tout dépendra de la volonté politique – on pourrait par exemple concevoir conjointement de nouveaux équipements militaires ou spatiaux".

Aujourd'hui plusieurs entreprises de Roskosmos possèdent déjà des actifs étrangers. Le Centre Khrounitchev de Moscou possède le bloc de contrôle de la compagnie américaine International Launch Services (ILS). Et la société Energia possède la plateforme flottante Sea Launch via sa succursale Energia Overseas Limited (EOL).

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 19:21

Source : Romandie 03/04/13

 

IMG_3790.JPG

Le président russe Vladimir Poutine a chargé mercredi Gazprom de construire une deuxième branche à son gazoduc Iamal Europe qui relie la Russie à la Pologne via le Belarus, ce qui pourrait augmenter de près de 50% selon le géant public les capacités du tuyau.
Je souhaiterais que l'on revienne au projet Iamal Europe 2, a déclaré Vladimir Poutine, cité par les agences russes lors d'une rencontre avec le président de Gazprom Alexeï Miller.
Il s'agit de rendre plus fiables les livraisons de gaz vers la Pologne, la Slovaquie et la Hongrie, a poursuivi le chef de l'Etat.
Commencé en 1994, d'une longueur de plus de 2.000 kilomètres, Iamal Europe alimente via le Belarus puis la Pologne le marché européen, dont Gazprom assure le quart de la consommation. Il a atteint en 2006 sa capacité actuelle, de 32,9 milliards de mètres cubes par an.
Des discussions ont déjà été menées avec les sociétés (gazières, ndlr) en Pologne, Hongrie et Slovaquie et nous sommes prêts à lancer les études préliminaires, techniques et économiques, a répondu Alexeï Miller.
Le patron du groupe public a évoqué une capacité de 15 milliards de m3 par an et un début de construction en 2018-2019. Il a souligné l'intérêt économique du projet pour Gazprom, qui contrôle le système de gazoducs bélarusse.
En froid depuis des années avec l'Ukraine concernant les prix du gaz russe vendu à Kiev, la Russie multiplie les initiatives pour acheminer son gaz vers l'Europe en évitant son voisin.
Elle a lancé en 2011 le gazoduc Nord Stream vers l'Allemagne sous la mer Baltique, d'une capacité portée en octobre dernier à 55 milliards de m3 par an. Elle a entamé en décembre les travaux de construction de South Stream qui doit alimenter à partir de fin 2015 le sud de l'Europe via la mer Noire, et dont la capacité doit être portée progressivement à 63 milliards de m3.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 23:13

Source : La Voix de la Russie 15/03/13

 

 

La Biélorussie peut émettre les nouveaux billets à la place de ceux que la Banque nationale se prépare à déprécier sans préciser pour autant de combien de zéros ils seront amputés. L’impératif principal a cependant été nettement formulé à savoir que le taux d’inflation annuel doit se ralentir et rester au niveau de 12%.

La Biélorussie est un pays des millionnaires où à la suite des bouleversements de ces dernières années, les revenus de la grande majorité des citoyens se comptent en millions et même en milliards de roubles. C’est le problème de l’inflation qui a grimpé de 108% rien qu’en 2011 en dépréciant de deux fois la monnaie nationale. Et comme les prix n’avaient pas cessé de monter, l’argent s’est déprécié au point que les règlements en numéraire sont devenus extrêmement encombrants.

C’est à plus d’une reprise que le gouvernement a évoqué la dépréciation mais ce n’est que maintenant qu’elle a fait une proposition concrète. Nadejda Ermakova qui dirige la Banque nationale biélorusse estime que l’émission deviendra possible si le taux d’inflation à la fin de l’année en cours reste inférieur ou égal aux 12% ciblés. Mais même si cet objectif n’est pas atteint, la déclaration de la Banque nationale témoigne de l’amélioration de la situation économique, - pense Sergueï Moussienko qui dirige le centre analytique biélorusse EcooM.

« Il est réjouissant de constater que cette possibilité existe. Cela signifie en principe que la Banque nationale apprécie la situation économique comme stable. Une mission du FMI travaille actuellement en Biélorussie et la Banque centrale et le ministère des finances préparent généralement un audit en amont. C’est la raison pour laquelle je pense que ces prises de position se fondent justement sur les résultats de l’audit ».

Le rouble biélorusse a été déprécié deux fois (en 1994 et en 2000) depuis l’acquisition de l’indépendance. La première fois il a perdu un zéro et la deuxième fois – il en perdu trois. Personne n’ose prévoir de combien de zéros il sera allégé cette fois. Plus encore, les experts estiment dans leur majorité que la réforme n’aura pas lieu avant longtemps, - estime Sergueï Dedkov, directeur du Centre d’analyse systémique et d’études stratégiques de l’Académie nationale des sciences :

« Madame Ermakova a raison quand elle évoque la nécessité de dépréciation mais cela ne peut pas se faire dans le contexte actuel. Il faut commencer par équilibrer l’économie et ramener le taux d’inflation à 5% au maximum, alors que le taux d’inflation a atteint environ 4% rien qu’en janvier ».

De l’avis des experts interrogés par La Voix de la Russie, la monnaie biélorusse ne sera pas dépréciée avant 3 ans et encore à condition que la situation économique s’améliore.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 19:29

Source : Ria Novosti 18/03/13

 

 

pic003Le PIB biélorusse a augmenté de 4,4% en janvier-février 2013 par rapport à la même période de 2012 pour se chiffrer à 81.539 milliards de roubles biélorusses (7,3 mds EUR), a annoncé lundi le Comité national des statistiques de Biélorussie (Belstat).

Le gouvernement biélorusse table sur une croissance du PIB de 8,5% en 2013. 

En janvier-février 2012, le PIB national avait enregistré une hausse de 3,5% en glissement annuel.

La productivité au travail, mesurée en termes de PIB par heure travaillée, s'est accrue de 4% en janvier 2013 par rapport à janvier 2012. La croissance de ce paramètre devrait être de 9,3% à la fin de 2013, selon le gouvernement.

Les investissements étrangers directs se sont chiffrés à 0,3 milliard de dollars en janvier-février 2013 contre 4,5 milliards de dollars prévus pour l'ensemble de l'année.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 00:16

Source : La Voix de la Russie 15/03/13

 

  1070-TIOUNINE-A

Près de cinq milliards de roubles seront affectés en 2013 aux 38 programmes communs de l'Union Russie-Biélorussie, a déclaré le président russe Vladimir Poutine à la réunion du Conseil d'Etat suprême de l'Union, informe ITAR-TASS.

« Ces moyens financeront les 38 programmes dans les technologies de pointe, les télécommunications, les constructions aérospatiales, l'industrie pharmaceutique, soit plus de 40 % des disponibilités budgétaires »,a dit Poutine.

20 % des subventions financeront l'éducation, la culture, la santé publique et le sport. Les programmes ayant une grande valeur sociale ne seront pas délaissés, notamment les séjours de cure pour les vétérans et les invalides de la Seconde Guerre mondiale, ainsi que les enfants de régions russes et biélorusses éprouvées par la catastrophe de Tchernobyl. La réunion de jeudi aura aussi à examiner un rapport du Conseil des ministres de l'Union sur l'exécution du budget de 2010 et à prendre une décision sur le report budgétaire 2011-2012.

La coordination des démarches internationales de Russie et de Biélorussie figure aussi à l'ordre du jour.

« Le Programme d'actions concertées en politique extérieure pour 2012-2013 est accompli avec succès. Nous préparerons un document analogue pour la future période biennale », a noté Poutine. Il a souligné que la coopération de Moscou et Minsk dans la sécurité restait parmi leurs grandes priorités.

« Un groupe armé régional est formé, la défense aérienne unifiée fonctionne, les services judiciaires coopèrent étroitement entre eux », a énuméré le président russe, en ajoutant que la réunion de vendredi devait aussi désigner un nouveau chef du comité des frontières de l'Union Russie-Biélorussie. Poutine a exprimé la conviction que la réunion se déroulerait dans un esprit constructif et concret.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 00:06

 

Source : Les Echos 15/03/13

 

3highres 00000402038374 

Le Bélarus espère élargir sa coopération nucléaire avec la Russie, notamment dans la construction de sites nucléaires dans d'autres pays, a déclaré vendredi le président bélarusse, Alexandre Loukachenko.
"La construction par la Russie d'une centrale nucléaire sur le territoire bélarusse est l'un des plus grands projets russes que nous sommes en train de réaliser ensemble", a déclaré M. Loukachenko, à l'issue d'une réunion du conseil suprême de l'Union Russie-Bélarus à Saint-Pétersbourg.
"C'est une grande école pour les spécialistes bélarusses (...) et nous allons demander que vous invitiez des Bélarusses à participer à la construction de sites similaires dans d'autres pays", a-t-il indiqué, s'adressant à son homologue russe Vladimir Poutine.
La construction de cette centrale, une première au Bélarus, est "le projet d'investissement commun le plus important", a déclaré pour sa part M. Poutine, se félicitant du déroulement rapide des travaux qui sont "en avance sur le calendrier".
Le Bélarus et la Russie ont signé en 2011 un accord sur la construction de la première centrale nucléaire sur le territoire bélarusse, dont le premier bloc doit être mis en service en 2018.
La construction des infrastructures sera assurée par le consortium national russe Atomstroïexport.

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 08:56

Source : Ria Novosti 12/0313

 

 

197776867.jpgLa Biélorussie se trouve au bord d'une nouvelle crise économique, a annoncé mardi le directeur du renseignement américain James Clapper dans son rapport annuel au Sénat.

"La situation économique reste précaire en Biélorussie, le refus du président Loukachenko de lancer des réformes économiques structurelles rend possible une nouvelle crise économique en 2013", a indiqué M.Clapper dans le rapport.

Toutefois, ce dernier a reconnu que le président biélorusse Alexandre Loukachenko avait "surmonté la crise qui présentait la plus grande menace pour le régime au pouvoir depuis 1994". Selon le rapport, "des mesures de correction et une aide financière de la Russie ont permis de réduire l'effet des conséquences les plus négatives de la crise; et le mouvement d'opposition, notamment la révolution dans les réseaux sociaux, s'est essoufflé".

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article
7 mars 2013 4 07 /03 /mars /2013 20:00

Source : Wikiagri 06/03/13

 

Lors du Sima, tous les grands tractoristes mondiaux étaient présents. Minsk Tractor Works (MTW) ou Minsk Tractor Zavoid (MTZ) en biélorusse, plus connu pour produire les tracteurs Belarus depuis 1946, était l'un d'eux.

Bien que discret, le constructeur biélorusse a profité du Sima pour annoncé le retour de Belarus sur les marchés français, belge et luxembourgeois. Eric Renaud fondateur de Podia, désormais distributeur exclusif des tracteurs Belarus en France, précise que "ce retour s'explique par une volonté de reconquête des marchés captifs par MTW". Depuis les années 70 les contacts ont été perdu et Belarus avait disparu du paysage agricole français. Mais pendant son absence, MTW n'a pas chommé, l'entreprise a relancé son outil de production et s'est imposée au top 8 des constructeurs agricoles mondiaux en produisant près de 60 000 tracteurs par an à destination de 75 pays. Aujourd'hui, après presque 30 ans d'absence, l'entreprise employant 30 000 salariés dans onze usines à travers le monde, s'est mise aux normes européennes et fait son "come back".

 

Un retour original

Pour la commercialisation de ses machines en France, MTW adopte une stratégie unique dans le monde du machinisme. Une séparation entre la vente et le service après-vente. Pour la vente, pas de concession, seulement un site internet (www.belarustractors.com) mis en place le 15 mars prochain et une équipe de huit conseillers commerciaux, "avec un objectif de trente conseillers sur le court terme", ajoute Eric Renaud. Pour le SAV, Podia contracte avec des partenaires spécifiques selon les régions et affiche plus de 140 garages qui mettront à disposition les services et les pièces nécessaires à l'entretien des machines. Mais pourquoi une telle stratégie ? "Cela permet de baisser les prix et d'avoir une vraie transparence, tout en garantissant un service de qualité car de proximité", décrypte Eric Renaud. Une transparence qui passera également par le futur site où tous les prix seront affichés.

tracteur.JPG

Simplicité, robustesse et prix

La nouvelle gamme que proposera Belarus sera composée de six machines couvrant une plage de puissance allant de 95 à 350 ch, les prix s'échelonnant entre 20 000 et 160 000 €. "La gamme s'adressera à tous les segments de marché, de la voirie jusqu'aux grandes cultures, en passant par l'élevage et même l'ostréiculture", ajoute Eric Renaud. Ils seront équipés de moteurs et de transmissions MTW. Même le modèle de 350 ch, actuellement équipé d'un moteur Deutz verra celui-ci remplacé par un MTW, "MTW est un vrai motoriste !", s'exclame Eric Renaud.

Selon la marque, "à l'heure de l'innovation futile et chère, le choix d'un tracteur est de plus en plus un acte raisonnable. Il doit remplir une tâche, si possible au coût le plus juste". Aussi MTW prône la simplicité et propose des tracteurs contenant peu d'éléctronique, robustes, car conçus pour les conditions d'utilisation des pays de l'Est, et à des prix attractifs (- 25% en moyenne). Des prix "low-cost" rendus possibles grâce au mode de distribution inédit et à un coût de production bas. "Mais le prix c'est également l'entretien et la consommation", selon Eric Renaud, les tracteurs afficheront une faible consommation et un faible coût d'entretien. Il seront certifiés aux normes européennes et vendus immatriculés.

 

Une volonté de croissance

"L'objectif de vente est de 2000 à 3000 machines par an au bout de cinq ans", prévoit Eric Renaud. Avec plusieurs tracteurs vendus au Sima et une forte afluence sur le stand, le retour semble bien s'annoncer. Un siège social sera aussi inauguré en juin. Mais la marque doit consolider sa stratégie "qui dit retour sur le marché, dit retour d'expérience, nous verrons..." La présence du vice-ministre de l'industrie biélorusse Ivan Demidovitch et du directeur de l'usine MTW de Minsk (l'une des plus grandes unités de production mondiale de tracteurs) Vladimir Volchok lors de l'annonce du retour de Belarus témoigne de l'importance de cet évènement. Le vice-ministre explique même que ce retour annonce "le commencement d'un grand travail commun entre la France et la Biélorussie."

 

Article suivant sur le même sujet

 

Site internet de la maison mère

Repost 0
Published by bielorussie - dans économie
commenter cet article

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact