Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 22:30
Source : l'Equipe 16/10/2012
 
Battue à trois reprises en trois journées, notamment par la France (1-3) en septembre puis par l'Espagne vendredi dernier (0-4), la Biélorussie a remporté ce mardi son premier succès lors des qualifications à la Coupe du monde 2014. La sélection de Georgy Kondratiev s'est imposée face à la Georgie (2-0), alors qu'elle avait débuté les éliminatoires il y a un mois par une défaite contre cette même équipe (0-1).
 
 
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 20:12
Source : Le Parisien 13/10/12
 
 
A Minsk, l’Espagne n’a pas fait de détail. Vainqueur de la Biélorussie (4-0) dans un match à sens unique, le champion du monde en titre a tenu son rang, enregistrant un deuxième succès dans ces éliminatoires du Mondial-2014 après la courte victoire en Géorgie (1-0). Au classement, les hommes de Del Bosque reviennent à hauteur des Bleus, qu’ils devancent à la différence de buts.                                 
Leur duel à Madrid, mardi, sent déjà la poudre. En Biélorussie, Pedro a été le grand artisan du succès de la Roja avec un triplé (21e, 69e, 72e). Son coéquipier au Jordi Alba avait ouvert le score (12e).

Groupe I
Hier
: Finlande - Géorgie 1-1; Biélorussie - Espagne 0-4
Classement : 1. Espagne, 6 pts (+ 5), 2. , 6 (+ 3), 3. Géorgie, 4 (0), 4. Finlande, 1 (- 1), 5. Biélorussie, 0 (- 7).
Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 18:46

Source : Eurosport 12/10/12

 

Le match Belarus-Espagne comptant pour la phase de qualification au Mondial-2014 n'a finalement pas trouvé de diffuseur en Espagne, un fait rarissime dans l'histoire de la sélection espagnole.

 

121012201353163_92_000_apx_470_.jpgDans un contexte de crise économique, qui frappe également les chaînes de télévision, les exigences de la société allemande Sportfive, détentrice des droits du match, semblent avoir été trop élevées pour les diffuseurs ibériques. A dix minutes du coup d'envoi, Belarus-Espagne n'avait toujours pas trouvé preneur parmi les chaînes espagnoles, qui se disaient dans l'incapacité de payer la somme demandée pour acquérir les droits de la rencontre. Selon le journal El Pais, Sportfive, qui avait commencé par fixer les droits du match à 3 millions d'euros, avait abaissé son offre jusqu'à 800.000 euros, mais sans succès.

Consultées mardi par l'AFP, la chaîne Telecinco, qui avait retransmis le match précédent Géorgie-Espagne (0-1), et la télévision publique espagnole (TVE) avaient indiqué qu'elles ne retransmettraient pas la rencontre, faute de budgets disponibles. "Le coût (de retransmission de Belarus-Espagne) qui est actuellement demandé ne correspond pas aux critères de rentabilité de la chaîne", avait par exemple expliqué un porte-parole du groupe Mediaset, propriétaire de Telecinco.

Dans l'histoire de l'équipe d'Espagne, il existe un seul précédent de non-diffusion d'un match de la sélection: en 1983, le match Malte-Espagne n'avait pas été retransmis en direct, mais pour des raisons techniques. A l'époque, une délégation spéciale de TVE avait fait l'aller-retour pour filmer le match et le diffuser en Espagne en différé de 4 heures.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 18:33

Source : Sports.fr

 

Mandzukic_w484.jpg

 

La victoire des Biélorusses à Lille ne devait donc pas qu’aux errements défensifs du Losc (1-3). Le Bate Borisov a confirmé ce succès initial, le premier de son histoire dans la compétition, en s’imposant mardi face au Bayern Munich, finaliste malheureux de la dernière édition, lors de la deuxième journée de la Ligue des champions (3-1).

L’Apoel Nicosie fait des émules. Quart de finaliste la saison dernière, après avoir notamment écarté l’Olympique Lyonnais en huitièmes de finale, le club chypriote a visiblement donné des idées au BATE Borisov. Alors qu’elle avait accumulé 12 défaites pour ses deux premières expériences dans la compétition, la formation biélorusse affiche déjà deux victoires en deux rencontres depuis le coup d’envoi de cette Ligue des champions 2012-2013. Après avoir profité des largesses lilloises deux semaines plus tôt, Hleb et ses coéquipiers ont de nouveau frappé, s’offrant une victoire de prestige contre le Bayer Munich qui cumulait pourtant neuf victoires en autant de matches toutes compétitions confondues depuis le début de la saison.

Surprenant ? Oui, si l’on se fie au pedigree de sa victime, finaliste malheureux de la précédente édition, auteur du meilleur début de saison de son histoire (neuf victoires donc, 27 buts marqués et seulement quatre encaissés). Non, si l’on se rappelle la qualité de sa prestation dans le Nord lors de la première journée. Le 4-3-2-1 imaginé par Viktor Goncharenko avait étouffé les Lillois. Les Bavarois, qui ont eu autant de mal à s’en défaire, auraient été bien inspirés d’ouvrir le score pour obliger ces Biélorusses à se découvrir un peu plus. Le poteau de Gorbunov, pris sur le crochet de Kroos, tout heureux de récupérer le ballon dans les pieds de Simich, en a décidé autrement (13e)…

 

Ribéry en vain…

Un brin chanceux mais toujours aussi réaliste, le BATE n’a pas résisté à la tentation de mettre un premier coup derrière la tête des Munichois, œuvre de Pavlov, bien placé sur la tentative écrasée de son partenaire Volodko pour tromper Neuer (23e, 1-0). La réaction bavaroise est immédiate mais, à l’image de Müller, servi dans les airs par Ribéry (24e), les hommes de Jupp Heynckes vont se heurter à un mur en la personne de Gorbunov, bien aidé par sa défense qui, au plus fort de la domination adverse au retour des vestiaires, pliera sans jamais rompre.

Non contents de tenir, les Biélorusses se montrent toujours aussi tranchants sur leur ballon de récupération, sollicitant une première fois Neuer par Olekhnovich (55e), servi par une géniale talonnade de Hleb, avant de rater le KO par Pavlov, une nouvelle fois décalé par Hleb (65e). Ce n’est que partie remise puisque Rodionov, après avoir s’être appuyé dans la surface sur Olekhnovich, trompe Neuer à bout portant (78e, 2-0). Le Bayern est sonné mais encore debout, à l’image de Ribéry qui s’y reprend à deux fois, après avoir trouvé la barre (83e), pour réduire le score (90e, 2-1). Le coup final est l’œuvre dans les arrêts de jeu de Bressan, à la conclusion d’un contre mené par Mozolevski (90e+3, 3-1). Cette fois, le Bayern ne s’en relèvera pas, défait pour la première fois de sa saison par une équipe biélorusse qui n’a peut-être pas fini de surprendre son monde cette saison en Ligue des champions…

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 22:58

Source : Ouest-France 19/09/12

 

Sonné à la pause, le Losc a vécu un cauchemar et compromis ses chances face à l’équipe a priori la plus faible de son groupe. Le Losc déjà dans de sales draps.

En phase de poules, Lille n’avait perdu qu’un seul match de Ligue des champions dans toute son histoire, un an plus tôt, face à l’Inter Milan (0-1). Mais rendre les armes, à la maison, contre un général italien et un soldat biélorusse, ce n’est évidemment pas la même chose. Borisov n’avait remporté aucun de ses 12 matches en Ligue des champions. Il est à craindre que ce revers aussi lourd que mal venu plombe les chances nordistes. Pas de quoi rassurer, en tout cas, avant le voyage à Valence, le 2 octobre, puis la venue du Bayern, le 23. Les deux gros morceaux du groupe F, qu’est-ce que ça va être…

 

La douche froide

L’expression jeter un pavé dans la mare doit avoir une traduction en biélorusse. Enfin, on peut le penser depuis hier soir. Il y avait de l’envie sur la pelouse flambant neuve, de l’ambiance dans les tribunes sentant encore la peinture fraîche, mais Volodko a glacé l’atmosphère d’une frappe lumineuse de plus de 20 m. Landreau, pourtant en forme internationale, fut dépassé par la trajectoire (6’). Pire, sur un contre éclair, Rodionov passa la 2e couche pour ponctuer un mouvement à une touche (20’). En position de hors-jeu, mais bon… Et Olekhnovitch fit tomber la salière dans le plat de moules-frites (43’). Un plat indigeste !

  120919225216124_8_000_apx_470_.jpg

Une pause, des grimaces

Pour qui sont ces sifflets qui sifflent sur ces têtes ? Pour les Lillois, pardi ! À la mi-temps, plus question de gala au Grand Stade. Visages fermés, colère à peine rentrée, le Losc est groggy, son public terriblement frustré. « On vit un cauchemar, admet Rudi Garcia, le coach nordiste. Même si Borisov a eu 100 % d’efficacité, on a été défaillants dans tous secteurs. C’est là qu’on va voir si on a du caractère… »

  Chedjou, en chef de rébellion. Restait à sauver l’honneur, quitte à prendre des risques. Garcia injecta du sang neuf, dès la reprise (Roux et Mendes). Ironie du sort, c’est un défenseur, Chedjou, qui sonna l’heure de la révolte, d’un coup de tête à la réception d’un corner de Payet (60’). Mais les miracles ne se produisent jamais sur commande. Le Losc a eu beau pousser son avantage naissant, la défense adverse s’arc-bouta sur les essais de Roux, Payet, Mendes, Debuchy, Balmont. Car Borisov ne pratique pas seulement l’art du contre à merveille, mais sait aussi défendre bec et ongles. Le Losc est bien placé pour disserter sur ce sujet.

 

-----------------------------------------

LILLE - BORISOV : 1-3 (0-3)

Arbitre : M. Borski (Pol). 40 000 spectateurs.

BUTS. Lille : Chedjou (60’). Borisov : Volodko (6’), Rodionov (20’), Olekhnovitch (43’).

AVERTISSEMENTS. Lille : Payet (11’), Roux (54’), Digne (54’). Borisov : Olekhnovitch (28’), Rodionov (38’), Pavlov (54’), Polyakov (70’).

LILLE : Landreau - Debuchy (Sidibé, 85’), Basa, Chedjou, Digne - Balmont, Mavuba (cap), Martin (Roux, 46’) - Kalou, De Melo (Mendes, 46’), Payet. Entr : R. Garcia.

BORISOV : Gorbounov - Polyakov, Radkov, Simic, Volodko - Olekhnovicth, Likhtarovitch (cap) (Sivakov, 66’) - Bordatchev, A. Hleb, Pavlov (Bressan, 80’) - Rodionov (Mozolevski, 89’). Ent : V. Goncharenko.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 09:03

Source : RTL.be 11/09/12 

 


62238394 nadzeya ostapchuk gettyAlexander Yefimov, l'entraîneur de la Bélarusse Nadezhda Ostapchuk, dépossédée de sa médaille d'or du lancer de poids aux JO de Londres pour dopage, a été suspendu quatre ans après avoir avoué l'avoir dopée à son insu, a annoncé mardi l'Agence antidopage du Belarus.

"L'entraîneur Yefimov a avoué avoir ajouté de la méténolone, un produit interdit (une sorte d'engrais musculaire), dans la nourriture d'Ostapchuk parce qu'il était préoccupé par ses résultats médiocres à l'approche des Jeux", a déclaré à la presse le responsable de l'Agence, Alexander Vanhadlo.      

"Yekimov a précisé avoir opéré au camp d'entraînement au Belarus à l'insu d'Ostapchuk quelques jours avant les Jeux", a-t-il précisé.      

Ostapchuk, 31 ans, elle-même n'est suspendue que pour un an, car l'Agence a pris en considération son ignorance des manipulations de son entraîneur, a-t-il ajouté.      

La Bélarusse, championne du monde 2005, avait créé la surprise à Londres en s'imposant avec un jet de 21,36 m, loin devant l'immense favorite, la Néo-Zélandaise Valerie Adams (20,70 m), championne olympique 2008 et triple championne du monde en titre, invaincue depuis deux ans, et la Russe Evgeniia Kolodko (20,48 m).      

Le CIO lui a depuis retiré sa médaille d'or et l'a attribuée à Adams. Elle a annoncé qu'elle était prête à faire appel.      

Ostapchuk participait à Londres à ses troisièmes Jeux. Elle avait terminé 4e à athènes en 2004, et avait obtenu le bronze à Pékin en 2008.

 

Voir Article précédent sur le même sujet

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 22:10

Source : maxifoot.fr 11/09/12

 

 

L'équipe de France affrontait la Biélorussie mardi soir au Stade de France, pour son deuxième match des éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Les Tricolores l'ont emporté (3-1).

 

Les Bleus ont mis la pression d'entrée avec plusieurs situations chaudes dans la surface dès les premières minutes. D'une belle tête piquée, Giroud poussait le gardien à la parade (12e). Puis Cabaye manquait le cadre face au gardien (17e). Face à une équipe biélorusse regroupée en défense, les hommes de Deschamps ont montré leur supériorité physique et technique et cherché à passer par les ailes sous l'impulsion de Ribéry et Benzema, mais les minutes s'égrenaient et le tableau d'affichage demeurait vierge. Sur corner, Sakho seul à six mètres n'appuyait pas suffisamment sa tête (38e).

Grosse frayeur après la pause, servi dans le dos de Jallet, Dragun obligeait Lloris à une superbe parade (47e). Les Biélorusses mettaient le feu dans la surface tricolore mais se faisaient piéger en contre, sur un centre de Ribéry repris par Capoue (50e, 1-0). Puis Jallet doublait la mise d'un centre manqué (68e, 2-0)…

Un avantage paradoxal, car pendant vingt minutes, les Français ne maîtrisaient plus du tout le jeu et souffraient face aux enchainements adverses. Sur un penalty concédé par Yanga-Mbiwa, Lloris repoussait le tir de Kornilenko mais Putilo avait bien suivi (72e, 2-1). L'issue du match était incertaine, mais Ribéry délivrait finalement son équipe sur un service de Benzema (80e, 3-1).

 

Voir Article précédent sur le même sujet

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 18:00

Source : Le Point.fr

 

 

L'Américaine a battu dimanche en finale la Biélorusse Victoria Azarenka (numéro un) 6-2, 2-6, 7-5 au terme d'un match de haute volée.

 

serena-williams-us-open-tennis-674408-jpg_463241.JPGL'Américaine Serena Williams, tête de série n° 4, a remporté l'US Open en battant dimanche en finale la Biélorusse Victoria Azarenka (numéro un ) 6-2, 2-6, 7-5 au terme d'un match de haute volée. Williams s'impose pour la quatrième fois à Flushing Meadows (après 1999, 2002 et 2008) et s'adjuge son quinzième titre du grand chelem. L'Américaine était pourtant au bord de la défaite lorsque Azarenka a servi pour le match à 5-4 dans la dernière manche. Mais elle a débreaké à la stupeur générale et a enlevé le match en 2 h 18 en remportant 14 des 20 derniers points.

À bientôt 31 ans, Williams devient la troisième joueuse à réussir le prestigieux triplé de l'été Wimbledon-Jeux olympiques-US Open, après Steffi Graf (en 1988) et sa grande soeur Venus (en 2000). Avec quinze titres du grand chelem, elle n'est plus qu'à trois longueurs des Américaines Martina Navratilova et Chris Evert, mais encore à bonne distance de l'Australienne Margaret Court (24).

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 07:30

Source : Sports.fr

 

 

Didier Deschamps devrait conserver contre la Biélorussie, mardi soir au stade de France, le système en 4-3-3 déjà adopté victorieusement en Finlande.


 


 

Un 4-3-3 initial mais modifiable : face à ce qu'il attend être le verrou biélorusse, Didier Deschamps a confirmé, lundi soir en conférence de presse, qu'il devrait reconduire le système vainqueur en Finlande, lors de la première rencontre des Eliminatoires. Tout d'abord, derrière, les latéraux devront "apporter le surnombre pour être en position de centrer" vers la surface adverse, a expliqué le sélectionneur. Les Bleus devront aussi utiliser "les changements de côté et le jeu en diagonale" pour déplacer un bloc biélorusse sans doute "resséré" et créer des brèches. En tout état de cause Didier Deschamps a prévenu ses joueurs qu'il ne fallait pas "percuter dans l'axe" sous peine de s'empaler inexorablement sur la défense. "La solution sera de passer aussi sur les côtés" a conclu le coach français.

 

Ensuite, le milieu à trois joueurs devraient être reconduit. Abou Diaby, blessé, le sélectionneur aura le choix entre Etienne Capoue et Blaise Matuidi avec, semble-t-il, un avantage pour le milieu toulousain.

Enfin, le trident offensif (Ménez-Benzema-Ribéry) pourrait être modifié en cours de match si les différentes solutions concoctées à l'entraînement ne donnent pas un résultat probant. Le 4-3-3 originel se transformerait alors en 4-4-2 avec l'entrée d'Olivier Giroud, remis de sa blessure. Le sélectionneur aura le choix pour tenter de battre la Biélorussie, ce que son prédécesseur, Laurent Blanc, n'a pu faire en deux rencontres lors des Eliminatoires du Chmpionnat d'Europe 2012.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 23:05

Source : Football.fr 09/09/12

 

logo-fc-bate-borisov

 

Futur adversaire du Losc Lille, le 19 septembre prochain, dans le groupe F de la Ligue des champions, le BATE Borisov s'est éclaté, ce dimanche, en 16e de finale de la Coupe de Biélorussie. Grâce à des réalisations d'Olekhnovich (3e), Kontsevoy, auteur d'un doublé (34e sp, 41e), et Vasilyuk (62e), les visiteurs se sont imposés 4-0 sur la pelouse du Rudensk.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact