Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2014 3 05 /11 /novembre /2014 13:45
Stade de Borisov en Biélorussie

Stade de Borisov en Biélorussie

Source : Batiactu 04/11/14

 

 

UN PROJET/UNE PARTICULARITÉ. Situé en plein cœur d'une forêt biélorusse, le nouveau stade de Borisov, imaginé par l'agence Ofis Architects, étonne non seulement par son implantation, mais aussi par ses formes arrondies. D'une capacité de 13.000 places, cette enceinte moderne accueille depuis peu les matches du FC Bate. Découverte de ce drôle de lieu en images.

 

Le nouveau stade de Borisov en Biélorussie est surprenant à plus d'un titre : non seulement par sa forme arrondie et sa coque perforée, mais aussi par son implantation.

En effet, cette enceinte sportive est située en plein cœur d'une forêt de la région de Minsk. Un paramètre singulier que les architectes de l'agence slovène Ofis Architects ont du respecter : "Notre projet tient compte des avantages naturels et des particularités du terrain, notamment via la conservation d'un maximum d'arbres existants", explique-t-elle. Autour de la plateforme, se trouve un espace destiné aux piétons, une sorte de rond-point périphérique qui permet aux supporters et amateurs de football de se retrouver avant les matches. Un parking de 800 places, installé, lui aussi en forêt, vient compléter le programme.

Un dôme arrondi

Pour ce lieu incroyable, les architectes ont imaginé une structure originale. Il s'agit d'une arène formant un dôme arrondi couvert d'une peau donnant l'impression "d'un textile perforé tendu fragile" tiré sur le squelette de stade. De son côté, la structure de toit est composée de poutres métalliques et d'un revêtement d'aluminium. La surface de jeu est orientée nord-sud et s'étend sur 68 x 105 m. Et bien sûr des zones ont été prévues pour accueillir de la publicité, des photographes.

 

Un programme varié

Concernant la distribution, le programme s'organise autour de quatre niveaux côté ouest et trois niveaux côté est. L'accueil visiteurs est situé au rez-de-chaussée et dispose de quatre escaliers pour accéder aux tribunes. "C'est un plateau couvert, naturellement aéré et non chauffé", commente l'agence Ofis.

Un stade flambant neuf

De plus, entre la peau et les tribunes, est agencé un couloir desservant des magasins, des bars, des services ainsi que des bureaux et des espaces dédiés à la presse. Classé quatre étoiles par l'UEFA, l'ouvrage de 13.000 places dispose de 3.000 m² d'espace public.


Livré au mois de mai, le stade semble ravir les fans, et les joueurs qui malgré des débuts difficiles en champion league, ont bien entamé leur championnat puisqu'ils sont actuellement en tête.
 
Fiche technique
Maître d'ouvrage : FC Bate/ville de Borisov
Maître d'œuvre : Ofis Architects
Début de construction : 2011
Fin de chantier : 2014
Surface : 3.628 m², bureaux 480 m², services 2.000 m²
Capacité : 13.000 places, VIP 620 places, presse 100 places, parking 800 places
 

Un stade en forme de blob

Le stade avec sa forme arrondie peut surprendre, mais il parvient néanmoins à se positionner dans le paysage.

Un ovni dans un cadre unique

L'ouvrage est étonnant avec ses ouvertures arrondies laissant passer la lumière naturelle à l'intérieur.

 

Zoom sur le stade Borisov

"Notre projet tient compte des avantages naturels et des particularités du terrain, notamment via la conservation d'un maximum d'arbres existants", explique l'agence slovène Ofis Architects.

 

Distribution du site

Côté distribution, le programme s'organise autour de quatre niveaux avec trois niveaux côté est et quatre niveaux côté ouest.

 

Stade de Borisov de nuit

Stade de Borisov de nuit

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 10:28

Source : Goal.com 27/10/14

 

 

 

La Biélorussie a trouvé son nouveau sélectionneur : Andreï Zygmantovitch.

Mal embarqué dans les qualifications pour l'Euro 2016, avec seulement 1 point en trois matchs, la Biélorussie espère inverser le cours des choses avec son nouveau sélectionneur. Andreï Zygmantovitch a été nommé aujourd'hui à la tête de l'équipe nationale biélorusse, mais seulement en tant qu'intérimaire. Il remplace Georgy Kondratiev, qui avait donné sa démission. La Fédération va rencontrer d'autres entraîneurs.

 

Article précédent sur le même sujet

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 17:33

Source : OrangeNews 23/10/14

 

 

L'En Avant de Guingamp a souffert, jeudi soir pour le compte de la troisième journée de la Ligue Europa, mais est parvenu à conserver son but inviolé sur le terrain du Dinamo Minsk (0-0). Les hommes de Jocelyn Gourvennec espéraient peut-être mieux de ce déplacement en Biélorussie, mais reviennent malgré tout avec un point en Bretagne. Les pensionnaires du Roudourou pointent désormais à la deuxième place du groupe K, avec une longueur d'avance sur le PAOK Salonique, battu à domicile par la Fiorentina dans le même temps (0-1). Les Transalpins caracolent eux en tête de la poule avec neuf points pris sur neuf possibles.

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2014 4 23 /10 /octobre /2014 18:12

Source : Ouest-France 23/10/14

 

 

Rencontre avec l'interprète biélorusse de l'équipe guingampaise, qui joue à Borisov contre le Dinamo Minsk ce soir à 19h, pour le compte du 3e match de poule de Ligue Europa.

En cyrillique, ça s'écrit Дарья Капариха. Dans notre alphabet, ça donne Daria Kaparikha. Et ça sonne plutôt bien. Ce ne sont pas les membres de la délégation guingampaise qui vous diront le contraire, absolument enchantés quand ils ont été pris en charge par cette radieuse traductrice et interprète indépendante de 25 ans.

Sourire permanent vissé aux lèvres

Daria, le sourire permanent vissé aux lèvres, parle parfaitement la langue de Molière, comme elle maîtrise l'italien, l'anglais, le russe et naturellement, le biélorusse. Diplômée de l'université d'état de Minsk après cinq ans d'études linguistiques, elle avoue avoir un petit faible pour le français, parmi tous ces dialectes. Pourquoi ? « J'adore tout ce qui touche à la France, répond-elle. J'aime vos auteurs, Maurice Druon, Paul Eluard, j'aime aussi votre cuisine et les paysages de votre pays. Il y règne une atmosphère magique et captivante. Quand je me balade dans Paris, je me crois l'héroïne d'un roman. » Un best-seller, assurément.

Collège normand

Daria a découvert la France quand elle était adolescente, lors d'un échange scolaire avec un collège normand, à Mortagne-au-Perche. Depuis, la vocation française l'habite. « Mais attention, prévient-elle. Je suis une patriote et j'ai fait le choix de devenir traductrice pour vanter les mérites de mon pays ! » Certaines questions de nos compatriotes, à l'époque de cet échange, l'avaient en effet agacé. « Les Français me demandaient si on avait du savon liquide en Biélorussie, ils s'étonnaient de me voir porter un blue-jeans, et m'interrogeaient pour savoir s'il y avait des ours sur les routes de notre pays ! C'était assez stupide et humiliant. » Cela ne l'a pas empêchée de s'attacher follement à la France. Et c'est sans doute beaucoup mieux comme ça.

Daria Kaparikha, l'interprète de la délégation guingampaise

Daria Kaparikha, l'interprète de la délégation guingampaise

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 12:33

Source : Goal.com 13/10/14

 

 

Georgy Kondratiev démissionne de son poste de sélectionneur de la Biélorussie après de mauvais résultats.

Georgy Kondratiev, sélectionneur de l'équipe de Biélorussie, démissionne de son emploi. Il a annoncé sa décision en conférence de presse post-match hier soir après la défaite de son équipe face à la Slovaquie (1-3).

'Comme nous n'avons pas obtenu un bon résultat, l'entraîneur doit partir. J'ai promis que je démissionnerai. Mais les joueurs ne joueront pas différemment. Ceci est le résultat des 25 dernières années. Nous ramons derrière les pays leaders. La Slovaquie n'est pas une super équipe, mais nous ramons quand même derrière eux', a lâché le désormais ex-sélectionneur après la déroute à domicile face aux surprenants slovaques.

La Biélorussie est avant-dernière du groupe C des qualifications pour l'Euro 2016. Après trois matchs, seul le Luxembourg est moins bien classé.

Georgy Kondratiev

Georgy Kondratiev

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 13:33

Source : L'Avenir.net 10/10/14

 

 

Une quarantaine de supporters ukrainiens et bélarusses ont été arrêtés hier jeudi soir à l’issue du match qui opposait leurs équipes nationales en course pour l’Euro 2016 et au cours duquel des slogans contre le président russe Vladimir Poutine ont été scandés.

Sur les 41 personnes arrêtées, 25 étaient toujours détenues ce vendredi, dont quatorze Ukrainiens et onze Bélarusses, qui sont accusés entre autres de «propagande ou d’affichage de symboles nazis» et de «mauvaise conduite».

Le match à Borissov, près de Minsk, remporté par l’Ukraine avec 2-0, a été marqué par des chants insultant le président Vladimir Poutine, provenant aussi bien des tribunes de supporters ukrainiens que bélarusses.

 

Article précédent sur le même sujet

Le match s’est soldé par une virée en prison pour des supporters ukrainiens.

Le match s’est soldé par une virée en prison pour des supporters ukrainiens.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 11:03

Source : RMC / BFM 10/10/14

 

 

Le match de qualifications pour l’Euro 2016 entre la Biélorussie et l’Ukraine a été marqué par les chants venus des tribunes à l’encontre de Vladimir Poutine, le président de la Russie.

 

Dans une région déstabilisée géopolitiquement après notamment le rattachement de la Crimée à la Russie, le match entre la Biélorussie et l’Ukraine jeudi soir en qualifications pour l’Euro 2016 a servi de tribune anti-Poutine. Des chants à l’encontre du président russe ont résonné dans le stade Borisov (« Poutine connard »), repris par des supporters des deux camps, qui ont également clamé « Gloire à l’Ukraine » au cours de la rencontre. Des Ukrainiens qui se sont imposés chez leurs voisins du nord (2-0), grâce à des buts de Martynovich contre son camp (82e) et Sydorchuk (93e).

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 10:59

Source : So Foot 09/10/14

 

Alors que l'UEFA a rendu impossible toute rencontre opposant un club ukrainien à un club russe, Michel et sa bande ont autorisé l'affiche Ukraine-Biélorussie. Étonnant à première vue, mais pas si fou finalement. Alors que beaucoup d'enjeux géopolitiques opposent les deux pays, les deux équipes de football sont plutôt dans la réunion.

 

 

Réfractaire à la Russie depuis une centaine d'années et une famine provoquée par un certain Staline, l'Ukraine peut difficilement avoir des atomes crochus avec la Biélorussie d'Alexandre Loukachenko, plutôt proche de la Russie. La réciproque semble également improbable. Comment un Biélorusse pourrait ne pas en vouloir à un pays qui, en 1986, lui a envoyé près de 70 % de ses retombées radioactives suite à l'explosion de la centrale nucléaire de Tchernobyl ? Trahissant ainsi le dicton qui veut que la Biélorussie est le « pays aux yeux bleus », remplacé par la très pathogène « contrée aux mille glaucomes ». Malgré cet inévitable antagonisme, l'équipe de football biélorusse ouvre officiellement le premier chapitre de son histoire foot en affrontant l'Ukraine en octobre 1992. Le match se terminera sur un match nul 1-1 annonciateur finalement d'un respect mutuel entre les deux anciens pays satellites.
 

Deux footballs meurtris


Complètement abandonné par son gouvernement et boudé par son dictateur, le football biélorusse ressemble à un immense champ de ruines. À l'image du football ukrainien, divisé et frustré par la guerre séparatiste. Aujourd'hui, si le ballon rond tient toujours le coup au pays des lacs, il le doit en partie à son héritage de l'URSS. Aussi bien du point de vue des infrastructures que de celui de la formation, où le Biélorusse reste un joueur de qualité. Mais le temps a passé et les stades ressemblent à d'anciennes ruines incas. Les salaires sont misérables et les clubs en faillite. John Nkomb Nkomb, formé au PSG, est parti cet été faire un essai d'une semaine au Dynamo de Minsk. « 

ADVERTISEMENT
 

Franchement, j'ai pas de regrets de ne pas avoir été conservé. C'est un peu la dèche là-bas niveau infrastructure. » La situation a radicalisé les branches de supporters biélorusses qui se montrent de plus en plus hostiles à Alexandre Loukachenko, le dictateur, qui préfère le hockey sur glace et n'hésite pas à dilapider quelques millions des caisses de l'État pour améliorer le niveau de son championnat national. Une situation parallèle à celle de l'Ukraine, où Viktor Ianoukovytch, l'autoritaire à la botte de la Russie, avait alors tenté de saboter le projet Euro 2012 dans son combat politique contre Ioulia Timochenko. « Aujourd'hui, le peuple biélorusse n'est pas dupe, il voit ce qu'il s'est passé en Ukraine et éprouve de la compassion », analyse Viktoriya Zakrevskaya, chercheuse à l'Institut biélorusse pour les études stratégiques (BISS) sis à Minsk. On aurait presque envie de dire que le peuple biélorusse envie la révolution ukrainienne, débarrassée en partie de la tutelle russe.

Un match au goût européen


Déjà bien représenté sur la scène continentale avec un club en C1, le BATE Borisov, et un club en C3, le Dynamo Minsk, le football biélorusse représente un danger de taille pour Alexandre Loukachenko. Car comme l'Ukraine, le peuple biélorusse souhaiterait se tourner vers l'Occident et l'Union européenne, afin de mettre fin à sa dictature tournée vers l'Est. C'est pourquoi Minsk assistera avec beaucoup de méfiance au match contre l'Ukraine. Car la rencontre pourrait bien être l'élément déclencheur d'une prise de conscience générale. « Tu as d'un côté les nationalistes qui soutiennent ce qui se passe en Ukraine, et d'un autre, la classe moyenne, enfin plutôt les urbains éduqués, qui sont attirés par l'Europe. Dans le lot, il y a les ultras biélorusses qui sont acquis à la cause ukrainienne eux aussi », analyse Ronan Evain, doctorant à l'Institut français de géopolitique, spécialiste de l'Est de l'Europe, post-effondrement de l'URSS. L'Ukraine et la Biélorussie étant deux pays dont l'accès mutuel est simple, les ultras ukrainiens et biélorusses se retrouvent fréquemment pour communier. « Ce sont des branches de supporters qui se connaissent bien, ont la même culture du supporterisme, les mêmes pratiques et le même idéal politique. Et puis, il n'y a pas besoin de visa », relève Ronan. D'où la présence de nombreux joueurs ukrainiens chez les rares étrangers qui jouent en Vysshaya Liga. Ce soir, le match devrait donc se passer sans heurts et pourrait même être le symbole de contestations pro-européennes dans les deux camps. « Je ne serais pas étonné de voir des banderoles pro-ukrainiennes côté biélorusse. » Alexandre Loukachenko se méfiera en tout cas d'une telle symbiose. « Oui, enfin, en Biélorussie, être un ultra, c'est être constamment pisté, fiché et contrôlé. Donc Minsk est prévenu ! », croit Ronan. Verdict à 20h45.

Le Dinamo Minsk, club phare de Biélorussie

Le Dinamo Minsk, club phare de Biélorussie

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 10:44
Source : Foot National.com 29/08/14
 

Après avoir obtenu le prêt de Modibo Maïga, le FC Metz vient d'enregistrer une nouvelle recrue en cette fin de mercato. C'est de Biélorussie qu'arrive Sergei Krivets, où il portait les couleurs du BATE Borisov.

Ce milieu offensif expérimenté de 28 ans a signé un contrat de trois ans en Lorraine. Connu et titré dans son pays, Krivets a effectué un départ canon lors de la saison 2014 avec son club (20 matchs, 10 buts, 11 passes décisives). Metz espère donc qu'il continue sur cette belle lancée, en Ligue 1 cette fois.

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2014 1 01 /09 /septembre /2014 17:17

Source : UEFA.fr 19/08/14

 

Deuxième de Première Ligue bélarusse ces quatre dernières années, le FC Shakhtyor Soligorsk défie le PSV Eindhoven en barrage.

Le FC Shakhtyor Soligorsk a soulevé de grandes attentes au Belarus après avoir atteint les barrages de l'UEFA Europa League. Les Mineurs ont éliminé le SV Zulte Waregem 7-4 au troisième tour de qualification pour s'offrir une confrontation alléchante avec le PSV Eindhoven.

"Il ne fait aucun doute que le PSV est favori, mais tout va se jouer sur le terrain", a confié l'entraîneur Sergei Borovski. "Celui qui sera le mieux préparé se qualifiera." Tandis que l'ancien défenseur de l'URSS prépare ses troupes pour le match aller de jeudi, UEFA.com analyse l'équipe de Soligorsk.

Histoire
D'abord fondé en 1961, le Shakhtyor était une équipe faible lorsque le championnat du Belarus était lancé en 1992 suite à l'indépendance du pays, et il terminait dernier du championnat cinq ans plus tard. Il fallait attendre la nomination d'Ivan Shchekin pour voir son destin s'inverser, un travail poursuivi par son successeur Yuri Vergeichik qui conduisait le club au titre en 2005.

Le Shakhtyor n'a pas reproduit cet exploit depuis lors mais a constamment donné du fil à retordre au puissant FC BATE Borisov, terminant deuxième lors des quatre dernières saisons. En Europe, le club s'apprête à disputer son premier barrage d'une compétition majeure de l'UEFA.

Entraîneur
Sélectionné 21 fois par l'URSS, Borovski prenait les rênes du Shakhtyor l'hiver dernier. En tant que joueur, il s'est fait un nom avec un seul club, le FC Dinamo Minsk, avec lequel il a disputé 400 matches de championnat entre 1974 et 1987, remportant le championnat d'URSS en 1982.

Depuis qu'il est devenu entraîneur, il a dirigé un certain nombre d'équipes au Belarus et à l'étranger, dont le club lituanien du FBK Kaunas, et il a pris par deux fois les rênes de l'équipe nationale du Belarus. Lors de son premier mandat, de 1994 à 1996, le Belarus signait une célèbre victoire face à une équipe des Pays-Bas dirigée par Guus Hiddink et présentant un certain nombre de joueurs tout juste sacrés en finale de l'UEFA Champions League 1995 avec l'AFC Ajax.

Joueurs clés
Le Shakhtyor présente une équipe équilibrée avec des leaders expérimentés dans tous les compartiments du jeu. L'Estonien Artur Kotenko est l'indiscutable gardien n° 1, tandis que la défense est conduite par le capitaine Aleksandr Yurevich, arrivé en provenance du BATE cet été. Artem Stargorodsky et Andrei Leonchik sont les joueurs clés au milieu, tandis que Dmitri Osipenko et Nikolai Yanush mènent l'attaque.

Style
Les Mineurs préfèrent un jeu offensif rapide basé sur un jeu de passes précis, même s'ils bâtissent la majeure partie de leurs succès sur leur excellente défense. Borovski est connu pour sa capacité à préparer ses équipes en fonction des matches et de ses adversaires, ce qui signifie que le Shakhtyor n'a pas de formation définie. Par exemple, il est à l'aise avec trois ou quatre défenseurs, comme il l'a déjà démontré cette saison en Europe, opérant dans un 3-4-2-1 à l'aller face au Zulte Waregem et en 4-2-3-1 au retour.

Demain
Borovski a hâte d'affronter le PSV après avoir identifié les géants néerlandais comme le club qu'il espérait le plus défier en barrages. "J'aime la philosophie du football néerlandais", a-t-il déclaré. "Elle est proche de la mienne dans sa nature, et elle est également proche du football belge. Nous analyserons les forces et faiblesses du PSV puis nous déciderons de la façon de nous préparer. Ainsi, nous saurons comment nous devrons défendre et comment jouer en contre."

 

 

Qui est le FC Shakhtyor Soligorsk ?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Actualité de Biélorussie
  • : Jeune passionné par l'Europe de l'Est, je prends le temps de réunir l'essentiel de l'actu francophone sur la Biélorussie. L'objectif éviter que ce pays reste "un trou noir informationnel"...
  • Contact

Recherche

Catégories

devenir contributeur du blog ? Inscrivez-vous !

rendez-vous à la rubrique contact